Bombardier Aéronautique a livré 244 avions pendant l'exercice 2010-2011

  • Avions d’affaires : 143 livraisons, 107 commandes nettes
  • Avions commerciaux : 97 livraisons, 93 commandes nettes
  • Avions amphibies : 4 livraisons, 1 commande nette

Bombardier Aéronautique a annoncé aujourd’hui avoir livré 244 avions au cours de l’exercice clos le 31 janvier 2011. En comparaison, elle avait livré 302 avions au cours de l’exercice précédent 2009-2010 (clos le 31 janvier 2010). Elle a également reçu 201 commandes d’avions, en excluant les annulations, comparativement à des commandes de 11 appareils, en excluant les annulations, pour l’exercice précédent. Le quatrième trimestre s’est avéré particulièrement fort pour les avions d’affaires, avec 74 commandes d’avions nettes. Bombardier Aéronautique a connu un solide rendement malgré les effets soutenus de la conjoncture sur l’industrie de l’aviation et la reprise plus lente que prévu de l’industrie après la crise financière mondiale.

Au cours de l’exercice 2010-2011, Bombardier a livré 143 biréacteurs d’affaires, contre 176 pour l’exercice précédent. Pendant la même période, Bombardier a livré 97 avions commerciaux, contre 121 pour l’exercice précédent. Ces résultats correspondent sensiblement aux indications annoncées antérieurement, d’une baisse des livraisons de quelque 15 pour cent pour les avions d’affaires et de 20 pour cent pour les avions commerciaux pendant l’exercice 2010-2011, comparativement à l’exercice précédent.

« Avec un portefeuille de produits exhaustif, nous sommes convaincus de la force à long terme de nos données fondamentales, tant pour le marché des avions d’affaires que pour celui des avions commerciaux », a déclaré Guy C. Hachey, président et chef de l’exploitation, Bombardier Aéronautique. « L’industrie de l’aviation est de nature cyclique et la réussite de longue date de Bombardier est attribuable à notre aptitude à relever activement chaque défi, à nous concentrer sur ce que nous pouvons contrôler et à mettre nos projets en action », a continué M. Hachey. « Au cours des dernières années, nous avons pris d’importantes mesures pour renforcer nos activités et pour continuer d’investir dans nos programmes futurs. En relevant les défis d’aujourd’hui et en regardant vers l’avenir, nous sommes convaincus que nous créons une clientèle fidèle pour nos produits et services et que notre société émergera plus forte et plus efficace de cette conjoncture difficile. »

Aperçu des livraisons de l’année civile 2011

Depuis le 1er février 2011, Bombardier publie ses résultats financiers conformément aux Normes internationales d’information financière (IFRS). Nous avons également l’intention de demander en décembre 2011 l’autorisation de notre conseil d’administration pour changer la date de fin de l’exercice financier du 31 janvier pour celle de la fin de l’année civile, soit le 31 décembre. Si ce changement de date de fin d’exercice est accepté, le quatrième trimestre de Bombardier Aéronautique prendrait fin le 31 décembre 2011, ne couvrant que deux mois (novembre et décembre), ce qui aurait pour conséquence un exercice financier de 11 mois plutôt que de 12 mois.

À l’avenir, selon les IFRS, la politique de comptabilisation des revenus de Bombardier Aéronautique sera harmonisée pour l’ensemble de ses programmes d’avions et les revenus ne seront constatés qu’à la livraison de l’avion terminé au client. Ce changement dans l’information financière a des incidences pour les gammes de moyens et grands avions d’affaires de Bombardier (Challenger et Global). À l’heure actuelle, selon les Principes comptables généralement reconnus (PCGR) du Canada, Bombardier comptabilise les livraisons de ces programmes d’avions d’affaires partiellement à leur sortie d’usine « non finis » (c’est-à-dire avant la peinture extérieure, l’aménagement de l’intérieur et l’installation des systèmes avioniques en option) et partiellement à la livraison de l’avion terminé. Selon les nouvelles règles IFRS, les revenus ne seront constatés qu’à la livraison de l’avion terminé au client.

Notre aperçu des livraisons pour 2011 est fondé sur les IFRS et sur un exercice de 11 mois*.

Les livraisons d’avions d’affaires de Bombardier pour l’année civile 2011 devraient atteindre quelque 150 appareils.

Les livraisons d’avions commerciaux de Bombardier pour l’année civile 2011 devraient atteindre quelque 90 appareils.

Les tableaux à la fin du présent communiqué de presse font état des livraisons totales et des commandes nettes totales des avions d’affaires, commerciaux et amphibies pour les exercices 2010-2011 et 2009-2010 selon les PCGR du Canada.

À propos de Bombardier
Entreprise d’envergure internationale dont le siège social est situé au Canada, Bombardier Inc. est un chef de file mondial en solutions de transport novatrices, dans les secteurs des avions commerciaux et avions d’affaires, ainsi que dans ceux du matériel et des systèmes de transport sur rail et services connexes. Ses revenus pour l’exercice clos le 31 janvier 2010 s’élevaient à 19,4 milliards $ US et ses actions se négocient à la Bourse de Toronto (BBD). Bombardier fait partie des entreprises composant les indices de durabilité Dow Jones Sustainability World et Dow Jones Sustainability North America. Pour plus d’information, consulter le site www.bombardier.com.

Notes à l’intention des rédacteurs

  • * Veuillez vous référer à la section « Risques et incertitudes » du rapport de gestion inclus dans le rapport annuel de l’exercice 2009-2010 de Bombardier.
  • Pour recevoir nos communiqués de presse, visitez notre section Alertes courriel et fil RSS.

Bombardier, Bombardier 415, Challenger, CRJ, CSeries, Global, Learjet, Q400 et Série Q sont des marques déposées ou non déposées de Bombardier Inc. ou de ses filiales.

Information
Marc Duchesne
Bombardier Aéronautique
+1 514 855 7989

www.bombardier.com

Total des livraisons - Exercices 2010-2011 et 2009-2010

Avions Livraisons
Exercice 2010-2011
(clos le 31 janvier 2011)
 Livraisons
Exercice 2009-2010
(clos le 31 janvier 2010)
Avions d'affaires    
   Série Learjet  33 44
   Série Challenger  63 82
   Série Global  47 50
(y compris les avions du programme de multipropriété**)  143 176
Avions commerciaux    
   Série CRJ 41  60
   Série Q  56 61
   97 121
Avions amphibies    
   Bombardier 415  4 5
     
Total général  244 302

** Une livraison d’avion est portée au tableau ci-dessus lorsque l’équivalent de 100 pour cent des parts d’un modèle d’avion en multipropriété a été vendu à des clients externes.
 

Total des commandes nettes - Exercices 2010-2011 et 2009-2010

Avions Commandes nettes
Exercice 2010-2011
(clos le 31 janvier 2011)
Commandes nettes
Exercice 2009-2010
(clos le 31 janvier 2010)
     
Avions d'affaires  107 (85)
(y compris les avions du programme de multipropriété***)    
     
   Série CRJ  10 22
   Q400  43 16
   CSeries  40 50
Avions commerciaux  93 88
     
Avions amphibies  1 8
     
Total général  201 11

*** Une commande d’avion est portée au tableau ci-dessus lorsque l’équivalent de 100 pour cent des parts d’un modèle d’avion en multipropriété a été vendu à des clients externes.

Nota :
Tous les chiffres pour l’exercice 2010-2011 relatifs aux livraisons et aux commandes ne sont pas vérifiés et sont fournis selon les PCGR du Canada.

ÉNONCÉS PROSPECTIFS
Le présent communiqué de presse contient des énoncés prospectifs. Les énoncés prospectifs se reconnaissent habituellement à l’emploi de termes comme « pouvoir », « prévoir », « avoir l’intention de », « estimer », « planifier », « entrevoir », « croire », « continuer », la forme négative de ces termes ou de leurs variations ou une terminologie semblable. De par leur nature, les énoncés prospectifs exigent que Bombardier Inc. (« la Société ») formule des hypothèses et sont assujettis à d’importants risques et incertitudes, connus et inconnus, de sorte que les résultats réels des périodes futures de la Société pourraient différer de façon importante des résultats prévus. Bien que la Société juge ses hypothèses raisonnables et appropriées selon l’information à sa disposition, il existe un risque qu’elles ne soient pas exactes. Pour en savoir davantage sur les hypothèses sous-jacentes aux énoncés prospectifs formulés dans le présent communiqué de presse, se reporter aux sections sur le secteur aéronautique de la Société et sur le secteur transport de la Société du rapport de gestion du rapport annuel de la Société pour l’exercice 2010.

Parmi les facteurs qui pourraient faire en sorte que les résultats réels diffèrent de manière importante des résultats prévus dans les énoncés prospectifs, notons les risques liés à la conjoncture économique, au contexte commercial de la Société (la situation financière de l’industrie aérienne), à l’exploitation (les partenaires commerciaux, le développement de nouveaux produits et services, les pertes découlant de garanties sur le rendement des produits et de sinistres, les risques liés aux procédures réglementaires et judiciaires, les risques environnementaux, la dépendance à l’égard de certains clients et fournisseurs, les risques liés aux ressources humaines et les risques découlant des engagements à modalités fixes), au financement (la dépendance à l’égard de l’aide gouvernementale, le financement en faveur de certains clients, les liquidités et l’accès aux marchés financiers, les modalités de certaines clauses restrictives de conventions d’emprunt) et au marché (les fluctuations des taux de change, des taux d’intérêt et des prix des produits de base). Pour plus de détails, se reporter à la section Risques et incertitudes du rapport de gestion du rapport annuel de la Société pour l’exercice 2010. Le lecteur est prévenu que la présente liste de facteurs pouvant influer sur la croissance, les résultats et le rendement futurs n’est pas exhaustive et qu’il ne faudrait pas s’y fier indûment. Les énoncés prospectifs décrits aux présentes reflètent les attentes de la Société à la date du présent communiqué de presse et pourraient subir des modifications après cette date. À moins qu’elle n’y soit tenue selon les lois sur les valeurs mobilières applicables, la Société nie expressément toute intention ou obligation de mettre à jour ou de réviser tout énoncé prospectif, que ce soit à la lumière de nouveaux renseignements, d’événements futurs ou autrement.

MISE EN GARDE RELATIVE AUX MESURES DE CALCUL DES RÉSULTATS NON DÉFINIES PAR LES PCGR
Ce communiqué de presse repose sur les résultats établis selon les principes comptables généralement reconnus du Canada (PCGR), ainsi que sur le BAIIA et les flux de trésorerie disponibles. Ces mesures, non définies par les PCGR, découlent directement des états financiers consolidés, mais n’ont pas un sens normalisé prescrit par les PCGR; par conséquent, d’autres sociétés utilisant ces termes peuvent les calculer différemment. La direction croit qu’un grand nombre d’utilisateurs du rapport de gestion analysent les résultats de la Société d’après ces mesures du rendement.