Bombardier annonce de solides résultats financiers pour le deuxième trimestre clos le 31 juillet 2008

Webdiffusion

(Tous les montants présentés dans ce communiqué sont en dollars américains, à moins d’indication contraire.)

  • Revenus consolidés de 4,9 milliards $, en regard de 4 milliards $ l’exercice précédent
  • BAIIA de 495 millions $, par rapport à un BAIIA avant élément spécial de 342 millions $ l’exercice précédent
  • BAII de 358 millions $, en regard d’un BAII avant élément spécial de 213 millions $ l’exercice précédent
  • Bénéfice net de 246 millions $, comparativement à une perte nette de 71 millions $ l’exercice précédent
  • Bénéfice par action de 0,14 $, contre une perte par action de 0,05 $ (bénéfice de 0,05 $ avant élément spécial) l’exercice précédent
  • Robuste situation de trésorerie de 4,3 milliards $
  • Carnet de commandes de 57,2 milliards $
  • Lancement du programme d’avions CSeries en juillet au salon aéronautique de Farnborough

Bombardier a fait état aujourd’hui de résultats financiers solides pour un autre trimestre. Les revenus pour le deuxième trimestre terminé le 31 juillet 2008 ont progressé de 22 % pour atteindre 4,9 milliards $. Le bénéfice avant revenus de financement, dépenses de financement et impôts sur les bénéfices (BAII) a totalisé 358 millions $, en regard d’un BAII avant élément spécial de 213 millions $ l’exercice précédent (280 millions $ avant une charge au titre de l’excédent sur les coûts moyens de production de 67 millions $ l’exercice précédent). La marge BAII a atteint 7,3 %, en regard de 5,3 % avant élément spécial l’exercice précédent (6,9 % avant charge au titre de l’excédent sur les coûts moyens de production).

Le bénéfice net a atteint 246 millions $, comparativement à une perte nette de 71 millions $ pour la période correspondante de l’exercice précédent. Le bénéfice par action (BPA) a atteint 0,14 $, en regard d’une perte de 0,05 $ l’exercice précédent (bénéfice de 0,05 $ avant élément spécial). Les flux de trésorerie disponibles (flux de trésorerie liés aux activités d’exploitation, déduction faite des acquisitions nettes d’immobilisations corporelles) se sont établis à 99 millions $, comparativement à 633 millions $ l’exercice précédent. La situation de trésorerie demeure robuste à 4,3 milliards $ au 31 juillet 2008, comparativement à 3,6 milliards $ au 31 janvier 2008. Le carnet de commandes total s’est élevé à 57,2 milliards $, comparativement à 53,6 milliards $ au 31 janvier 2008.

« Les deux groupes ont encore une fois dégagé de solides résultats ce trimestre. La bonne exécution de notre important carnet de commandes a fortement contribué à générer un bénéfice par action de 0,14 $ ce trimestre, en regard de 0,05 $ l’an dernier, a déclaré Pierre Beaudoin, président et chef de la direction, Bombardier Inc.

« Chez Bombardier Aéronautique, Avions d’affaires a enregistré un niveau élevé de nouvelles commandes et de livraisons, démontrant la popularité soutenue de son large éventail de produits. Fidèle à sa position de leader et à son engagement à l’égard des produits novateurs, Bombardier Aéronautique a lancé la gamme d’avions CSeries au salon aéronautique de Farnborough en juillet dernier. Cette nouvelle gamme d’avions révolutionnaires de 100 et 130 sièges bénéficiera des plus récentes percées technologiques, dont l’utilisation accrue de matériaux composites, un réacteur de dernière génération et les plus récentes technologies en matière de circuits avion.

« Au cours du trimestre, Bombardier Transport a également remporté un bon niveau de nouvelles commandes, comme le démontre son ratio de nouvelles commandes sur revenus de 0,9, et cela, dans le contexte d’une augmentation de 32 % des revenus. Notre large éventail de produits et notre diversification géographique, déjà reflétés dans notre carnet de commandes, sont de bon augure pour les revenus futurs. Nous allons continuer de tirer avantage de nos forces et de nous concentrer sur l’exécution et les coûts pour maximiser les occasions d’affaires », a ajouté M. Beaudoin.

Afin d’accroître la majorité relative des membres indépendants du conseil d’administration de Bombardier, les présidents et chefs de l’exploitation des deux groupes cesseront d’être administrateurs, mais continueront d’assister aux réunions du conseil d’administration lorsque nécessaire. André Navarri a donc démissionné de son poste d’administrateur le 3 septembre 2008, portant le nombre d’administrateurs à 13, dont huit sont indépendants.

Bombardier Aéronautique
Les revenus de Bombardier Aéronautique ont totalisé 2,5 milliards $, comparativement à 2,2 milliards $ l’exercice précédent. Le BAII a augmenté de 105 millions $ pour atteindre 238 millions $. Cela s’est traduit par une marge BAII de 9,5 % pour le deuxième trimestre clos le 31 juillet 2008, en regard de 6 % l’exercice précédent (9 % avant charge au titre de l’excédent sur les coûts moyens de production). Le carnet de commandes de Bombardier Aéronautique s’est élevé à 26,1 milliards $ au 31 juillet 2008, contre 22,7 milliards $ au 31 janvier 2008, reflétant un niveau solide de 175 commandes nettes tandis que 89 avions ont été livrés.

Le marché des avions d’affaires est toujours vigoureux comme l’indiquent les 162 commandes nettes, contre 103 l’exercice précédent, tandis que 66 livraisons ont été effectuées, contre 49 au cours de la période correspondante de l’exercice précédent, pour un ratio de nouvelles commandes sur livraisons de 2,5. Bombardier Aéronautique a reçu d’importantes commandes au cours du trimestre démontrant la valeur de son offre : en plus de la commande de VistaJet, de Suisse, pour un maximum prévu de 60 avions d’affaires, dont 35 commandes fermes, un client non divulgué a commandé 110 biréacteurs Learjet 60 XR, dont 25 en commande ferme. Ces deux commandes totalisent une valeur d’environ 2,7 milliards $ si toutes les options sont exercées et si toutes les commandes conditionnelles sont confirmées.

Preuve de son engagement constant à concevoir et fabriquer des avions novateurs, Bombardier Aéronautique a lancé la gamme d’appareils CSeries, avec une lettre d’intérêt de Lufthansa prévoyant jusqu’à 60 avions, incluant 30 options.

Bombardier Transport
Les revenus de Bombardier Transport ont progressé pour s’établir à 2,4 milliards $, une croissance de 585 millions $ sur ceux de la période correspondante de l’exercice précédent. Le BAII a totalisé 120 millions $, en regard d’un BAII avant élément spécial de 80 millions $ l’exercice précédent, tandis que la marge BAII a atteint 5 %, contre 4,4 % avant élément spécial. Le carnet de commandes totalisait 31,1 milliards $ au 31 juillet 2008.

Bombardier Transport a affiché 2,1 milliards $ de nouvelles commandes, comparativement à 1,3 milliard $ l’exercice précédent, entraînant un ratio de nouvelles commandes sur revenus de 0,9, et cela dans le contexte d’une augmentation de 32 % des revenus. La plus importante commande a été passée par les chemins de fer d’État suédois, SJ AB, pour 20 trains à grande vitesse REGINA (80 voitures), d’une valeur approximative de 349 millions $.

Après la fin du trimestre, Bombardier Transport a reçu deux commandes pour des locomotives à propulsion bi-mode en Amérique du Nord : l’une de New Jersey Transit Corporation portant sur 26 locomotives, d’une valeur approximative de 262 millions $, et l’autre de l’Agence Métropolitaine de Transport de Montréal portant sur 20 locomotives et sur des pièces de rechange, d’une valeur approximative de 223 millions $. Les nouvelles locomotives à propulsion bi-mode pourront fonctionner en utilisant deux sources d’énergie distinctes, électrique ou diesel, ce qui représente une première en Amérique du Nord et appuie les exploitants dans leur engagement à offrir un service de transport de passagers sur rail qui soit moderne, efficace et respectueux de l’environnement.

Également après la fin du trimestre, Bombardier Transport a remporté un contrat de maintenance d’une durée de 14 ans des chemins de fer d’État espagnols (RENFE) portant sur 45 trains à grande vitesse AVE S-130, d’une valeur approximative de 202 millions $.

Faits saillants financiers
(non vérifiés, en millions de dollars américains, sauf les montants par action qui sont présentés en dollars)

Version PDF

RÉSULTATS FINANCIERS DU DEUXIÈME TRIMESTRE CLOS LE 31 JUILLET 2008

ANALYSE DES RÉSULTATS

Résultats consolidés
Les revenus consolidés du deuxième trimestre clos le 31 juillet 2008 ont totalisé 4,9 milliards $, en regard de 4 milliards $ pour la période correspondante de l’exercice précédent. Les revenus consolidés pour le semestre clos le 31 juillet 2008 ont atteint 9,7 milliards $, en regard de 8 milliards $ pour la période correspondante de l’exercice précédent.

Le BAII du deuxième trimestre clos le 31 juillet 2008 s’est chiffré à 358 millions $, ou 7,3 % des revenus, en regard d’un BAII avant élément spécial de 213 millions $, ou 5,3 % des revenus, pour la période correspondante de l’exercice précédent. Le BAII pour le semestre clos le 31 juillet 2008 s’est chiffré à 679 millions $, ou 7 % des revenus, en regard d’un BAII avant élément spécial de 396 millions $, ou 4,9 % des revenus, pour la période correspondante de l’exercice précédent.

Les dépenses nettes de financement ont totalisé 36 millions $ pour le deuxième trimestre de l’exercice 2009, en regard de 72 millions $ pour la période correspondante de l’exercice précédent. Les dépenses nettes de financement ont totalisé 57 millions $ pour le semestre terminé le 31 juillet 2008, en regard de 141 millions $ pour la période correspondante de l’exercice précédent. La diminution de 36 millions $ et de 84 millions $ est essentiellement attribuable à la hausse des intérêts créditeurs sur les espèces et quasi-espèces, la diminution des intérêts débiteurs sur la dette à long terme et la hausse des intérêts créditeurs sur les titres déposés en garantie; en partie contrebalancées par la baisse des revenus de financement sur les prêts et créances liées aux contrats de location.

L’élément spécial pour le trimestre et le semestre terminés le 31 juillet 2007 a trait à la radiation de la valeur comptable du placement de Bombardier Transport dans Metronet.

Le taux d’imposition effectif a été de respectivement 23,6 % et 24,1 % pour le trimestre et le semestre terminés le 31 juillet 2008, comparativement au taux d’imposition prévu par la loi de 31,5 %. Les taux d’imposition effectifs sont inférieurs principalement en raison de l’incidence positive des montants constatés au titre des économies fiscales liées aux pertes d’exploitation et aux écarts temporaires et de taux d’imposition effectifs plus faibles des sociétés émettrices étrangères, en partie contrebalancés par des écarts permanents.

Il en a résulté un bénéfice net de 246 millions $, ou 0,14 $ par action, pour le deuxième trimestre de l’exercice 2009, comparativement à une perte nette de 71 millions $, ou une perte de 0,05 $ par action, pour la période correspondante de l’exercice précédent. Le bénéfice net pour le premier semestre de l’exercice 2009 a été de 472 millions $, ou 0,26 $ par action, comparativement à 8 millions $, ou néant par action, pour la période correspondante de l’exercice précédent.

Les flux de trésorerie disponibles se sont chiffrés à 99 millions $ pour le trimestre terminé le 31 juillet 2008, comparativement à 633 millions $ pour la période correspondante de l’exercice précédent. Les flux de trésorerie disponibles se sont établis à 659 millions $ pour le semestre terminé le 31 juillet 2008, en regard de 479 millions $ pour la période correspondante de l’exercice précédent.

Au 31 juillet 2008, le carnet de commandes de Bombardier s’est établi à 57,2 milliards $, contre 53,6 milliards $ au 31 janvier 2008.

Bombardier Aéronautique

  • Revenus de 2,5 milliards $
  • BAIIA de 343 millions $, ou 13,6 % des revenus
  • BAII de 238 millions $, ou 9,5 % des revenus
  • Flux de trésorerie disponibles de 100 millions $
  • Commandes nettes de 175 avions (ratio de nouvelles commandes sur livraisons de 2,0)
  • Carnet de commandes de 26,1 milliards $

Les revenus de Bombardier Aéronautique ont totalisé 2,5 milliards $ pour le trimestre terminé le 31 juillet 2008, contre 2,2 milliards $ pour la période correspondante de l’exercice précédent. L’augmentation est principalement attribuable à une hausse des revenus de fabrication reflétant l’accroissement du nombre de livraisons et l’amélioration des prix de vente des avions d’affaires; en partie contrebalancés par la diminution du nombre de livraisons d’avions commerciaux, surtout de biturbopropulseurs de plus petite taille.

Le BAII a atteint 238 millions $, ou 9,5 % des revenus, pour le deuxième trimestre terminé le 31 juillet 2008, en regard de 133 millions $, ou 6 % des revenus, pour la période correspondante de l’exercice précédent (200 millions $, ou 9 % avant une charge de 67 millions $ au titre de l’excédent sur les coûts moyens de production). La progression de 0,5 point de pourcentage est essentiellement attribuable à l’amélioration des prix de vente des avions d’affaires et à une meilleure absorption des charges en raison de la hausse des revenus; en partie contrebalancées par l’incidence négative du raffermissement du dollar canadien par rapport au dollar américain ainsi que la hausse des coûts des matériaux en raison de la montée des prix, par l’augmentation des frais de vente en raison de l’acroissement des activités et par un écart négatif sur certains instruments financiers comptabilisés à la juste valeur.

Pour le deuxième trimestre terminé le 31 juillet 2008, les flux de trésorerie disponibles ont totalisé 100 millions $, comparativement à 477 millions $ pour la période correspondante de l’exercice précédent. La diminution de 377 millions $ est essentiellement attribuable à l’écart négatif, par rapport au trimestre correspondant de l’exercice précédent, de la variation nette des soldes hors caisse liés à l’exploitation; en partie contrebalancé par l’amélioration de la rentabilité.

Pour le trimestre clos le 31 juillet 2008, le nombre total de livraisons d’avions s’est élevé à 89, contre 78 pour la période correspondante de l’exercice précédent. Les 89 livraisons étaient composées de 66 avions d’affaires et de 23 avions commerciaux (49 et 29 respectivement pour la période correspondante de l’exercice précédent).

Bombardier Aéronautique a reçu 175 commandes nettes au cours du trimestre terminé le 31 juillet 2008, comparativement à 187 au cours de la période correspondante de l’exercice précédent. Les 175 commandes étaient composées de 162 avions d’affaires, de 11 avions commerciaux et de deux avions amphibies (103 avions d’affaires et 84 avions commerciaux pour la période correspondante de l’exercice précédent). D’importantes commandes ont été placées par VistaJet de Suisse pour 35 commandes fermes (11 appareils Challenger 605, 13 appareils Learjet 60 XR et 11 appareils Learjet 85) et des options sur 25 autres appareils, pour une valeur totale d’environ 1,2 milliard $ si toutes les options sont exercées, et par un client européen non divulgué pour 110 biréacteurs Learjet 60 XR, dont 25 en commande ferme et 85 en commande conditionnelle, pour une valeur totale d’environ 1,5 milliard $ si toutes les commandes conditionnelles sont confirmées.

Le carnet de commandes fermes de Bombardier Aéronautique a atteint 26,1 milliards $ au 31 juillet 2008, comparativement à 22,7 milliards $ au 31 janvier 2008. L’augmentation de 15 % reflète de solides nouvelles commandes, en particulier pour les avions d’affaires. 

Bombardier Transport

  • Revenus de 2,4 milliards $
  • BAIIA de 152 millions $, ou 6,3 % des revenus
  • BAII de 120 millions $, ou 5 % des revenus
  • Flux de trésorerie disponibles de 105 millions $
  • Nouvelles commandes totalisant 2,1 milliards $ (ratio de nouvelles commandes sur revenus de 0,9)
  • Carnet de commandes de 31,1 milliards $

Les revenus de Bombardier Transport ont totalisé 2,4 milliards $ pour le trimestre terminé le 31 juillet 2008, contre 1,8 milliard $ pour la période correspondante de l’exercice précédent. L’augmentation de 585 millions $ résulte surtout de l’accroissement du niveau d’activité de la division Matériel roulant dans le segment des trains régionaux, en particulier en Europe de l’Ouest, dans le segment des locomotives en Europe, ainsi qu’en Amérique du Nord. L’augmentation reflète également l’incidence positive des taux de change, s’élevant à 226 millions $.

Le BAII pour le deuxième trimestre terminé le 31 juillet 2008 a totalisé 120 millions $, ou 5 % des revenus, comparativement au BAII avant élément spécial de 80 millions $, ou 4,4 % des revenus, pour le trimestre correspondant de l’exercice précédent. La progression de 0,6 point de pourcentage est essentiellement attribuable à une meilleure exécution des contrats de services, une meilleure absorption des frais de vente et d’administration, de recherche et de développement, et d’amortissement en raison de la hausse des revenus et un gain net sur change et sur certains instruments financiers comptabilisés à la juste valeur; partiellement contrebalancés par la diminution de la marge de matériel roulant attribuable au nombre élevé de contrats en cours de démarrage et à la détérioration de la marge pour un contrat particulier en Amérique du Nord.

Les flux de trésorerie disponibles ont été de 105 millions $ pour le trimestre terminé le 31 juillet 2008, comparativement à 296 millions $ pour la période correspondante de l’exercice précédent. La diminution de 191 millions $ est essentiellement attribuable à l’écart négatif, par rapport au trimestre correspondant de l’exercice précédent, de la variation nette des soldes hors caisse liés à l’exploitation; en partie contrebalancé par l’amélioration de la rentabilité avant élément spécial hors caisse.

Les nouvelles commandes reçues ont totalisé 2,1 milliards $ pour le deuxième trimestre clos le 31 juillet 2008, comparativement à 1,3 milliard $ pour la période correspondante de l’exercice précédent, reflétant un ratio de nouvelles commandes sur revenus de 0,9 dans le contexte d’une croissance de 32 % des revenus. Une des commandes principales a été passée par SJ AB pour 20 trains à grande vitesse REGINA d’une valeur totale d’environ 349 millions $.

Le carnet de commandes de Bombardier Transport totalisait 31,1 milliards $ au 31 juillet 2008, comparativement à 30,9 milliards $ au 31 janvier 2008. L’augmentation est principalement attribuable au raffermissement de l’euro par rapport au dollar américain au 31 juillet 2008 comparativement au 31 janvier 2008, en partie contrebalancée par des nouvelles commandes plus faibles comparativement aux revenus constatés.

DIVIDENDES SUR ACTIONS ORDINAIRES

Actions classe A et classe B
Un dividende trimestriel de 0,025 $ CAN par action sur les actions classe A (droits de vote multiples) et de 0,025 $ CAN par action sur les actions classe B (droits de vote limités) est payable le 31 octobre 2008 aux porteurs d'actions inscrits à la fermeture des marchés le 17 octobre 2008.

Les porteurs d'actions classe B (droits de vote limités) inscrits à la fermeture des marchés le 17 octobre 2008 ont aussi droit à un dividende prioritaire trimestriel au taux annuel de 0,000390625 $ CAN par action.

DIVIDENDES SUR ACTIONS PRIVILÉGIÉES

Actions privilégiées, série 2
Un dividende mensuel sur les actions privilégiées, série 2 de 0,09896 $ CAN par action a été payé le 15 juin, le 15 juillet et le 15 août 2008.

Actions privilégiées, série 3
Un dividende trimestriel sur les actions privilégiées, série 3 de 0,32919 $ CAN par action est payable le 31 octobre 2008 aux porteurs de ces actions inscrits à la fermeture des marchés le 17 octobre 2008.

Actions privilégiées, série 4
Un dividende trimestriel sur les actions privilégiées, série 4 de 0,390625 $ CAN par action est payable le 31 octobre 2008 aux porteurs de ces actions inscrits à la fermeture des marchés le 17 octobre 2008.

À propos de Bombardier
Entreprise d’envergure internationale dont le siège social est situé au Canada, Bombardier Inc. est un chef de file mondial en solutions de transport novatrices, dans les secteurs des avions commerciaux et avions d’affaires, ainsi que dans ceux du matériel et des systèmes de transport sur rail et services connexes. Ses revenus pour l’exercice clos le 31 janvier 2008 s’élevaient à 17,5 milliards $ et ses actions se négocient à la Bourse de Toronto (BBD). Bombardier fait partie des entreprises composant les indices de durabilité Dow Jones Sustainability World et Dow Jones Sustainability North America. Pour plus d’information, consulter le site www.bombardier.com

Challenger, Challenger 605, CSeries, Learjet, Learjet 60, Learjet 85, REGINA et XR sont des marques de commerce de Bombardier Inc. ou de ses filiales.

Sources d’information

Isabelle Rondeau
Directrice, Communications
+514-861-9481
Shirley Chénier
Directrice principale, Relations avec les investisseurs
+514-861-9481

Le rapport de gestion et les états financiers consolidés sont disponibles à l’adresse Internet www.bombardier.com.

ÉNONCÉS PROSPECTIFS
Le présent communiqué de presse contient des énoncés prospectifs. Les énoncés prospectifs se reconnaissent habituellement à l’emploi de termes comme « pouvoir », « prévoir », « avoir l’intention de », « estimer », « planifier », « entrevoir », « croire », « continuer », la forme négative de ces termes ou de leurs variations ou une terminologie semblable. De par leur nature, les énoncés prospectifs exigent que Bombardier Inc. (« la Société ») formule des hypothèses et sont assujettis à d’importants risques et incertitudes, connus et inconnus, de sorte que les résultats réels des périodes futures de la Société pourraient différer de façon importante des résultats prévus. Bien que la Société juge ses hypothèses raisonnables et appropriées selon l’information à sa disposition, il existe un risque qu’elles ne soient pas exactes. Pour en savoir davantage sur les hypothèses sous-jacentes aux énoncés prospectifs formulés dans le présent communiqué de presse, se reporter aux sections sur le secteur aéronautique de la Société et sur le secteur transport de la Société du rapport de gestion du rapport annuel de la Société pour l’exercice 2008. 

Parmi les facteurs qui pourraient faire en sorte que les résultats réels diffèrent de manière importante des résultats prévus dans les énoncés prospectifs, notons les risques liés à la conjoncture économique, au contexte commercial de la Société (la situation financière de l’industrie aérienne), à l’exploitation (les partenaires commerciaux, le développement de nouveaux produits et services, les pertes découlant de garanties sur le rendement des produits et de sinistres, les risques liés aux procédures réglementaires et judiciaires, les risques environnementaux, la dépendance à l’égard de certains clients et fournisseurs, les risques liés aux ressources humaines et les risques découlant des engagements à modalités fixes), au financement (la dépendance à l’égard de l’aide gouvernementale, le financement en faveur de certains clients, les liquidités et l’accès aux marchés financiers, les modalités de certaines clauses restrictives de conventions d’emprunt) et au marché (les fluctuations des taux de change, des taux d’intérêt et des prix des produits de base). Pour plus de détails, se reporter à la section Risques et incertitudes du rapport de gestion du rapport annuel de la Société pour l’exercice 2008. Le lecteur est prévenu que la présente liste de facteurs pouvant influer sur la croissance, les résultats et le rendement futurs n’est pas exhaustive et qu’il ne faudrait pas s’y fier indûment. Les énoncés prospectifs décrits aux présentes reflètent les attentes de la Société à la date du présent communiqué de presse et pourraient subir des modifications après cette date. À moins qu’elle n’y soit tenue selon les lois sur les valeurs mobilières applicables, la Société nie expressément toute intention ou obligation de mettre à jour ou de réviser tout énoncé prospectif, que ce soit à la lumière de nouveaux renseignements, d’événements futurs ou autrement.

MISE EN GARDE RELATIVE AUX MESURES DE CALCUL DES RÉSULTATS NON DÉFINIES PAR LES PCGR
Ce communiqué de presse repose sur les résultats établis selon les principes comptables généralement reconnus du Canada (PCGR), ainsi que sur les BAIIA, BAII et BPA, avant élément spécial, le BAII avant charge au titre de l’excédent sur les coûts moyens de production ainsi que sur les flux de trésorerie disponibles. Ces mesures, non définies par les PCGR, découlent directement des états financiers consolidés, mais n’ont pas un sens normalisé prescrit par les PCGR; par conséquent, d’autres sociétés utilisant ces termes peuvent les calculer différemment. La direction croit qu’un grand nombre d’utilisateurs du rapport de gestion analysent les résultats de la Société d’après ces mesures du rendement et que ce communiqué de presse est conforme aux pratiques de l’industrie.