Bombardier annonce ses résultats financiers du quatrième trimestre et de l’exercice financier clos le 31 janvier 2005

  • Revenus consolidés de 4,8 milliards $ pour le quatrième trimestre; 15,8 milliards $ pour l’exercice 2005
  • Bonne performance avec des flux de trésorerie disponibles de 388 millions $, une progression de 1,1 milliard $ sur l’exercice précédent
  • Solide reprise du marché des avions d’affaires, augmentation des commandes nettes de 69 %
  • Leadership des biréacteurs régionaux dans un environnement plein de défis
  • L’exécution de la restructuration du secteur transport se poursuit avec succès
  • Forte position d’encaisse
  • Aucun dividende ne sera versé sur les actions ordinaires pour l’exercice 2006

Bombardier a annoncé aujourd’hui ses résultats du quatrième trimestre et de l’exercice clos le 31 janvier 2005.

Les revenus consolidés ont totalisé 4,8 milliards $ pour le trimestre clos le 31 janvier 2005, comparativement à 4,9 milliards $ pour la période correspondante de l’exercice précédent. Les revenus consolidés de l’exercice 2005 ont totalisé 15,8 milliards $, comparativement à 15,5 milliards $ l’exercice précédent. Ces résultats reflètent principalement une hausse de revenus dans le secteur transport et une baisse de revenus dans le secteur aéronautique.

Le bénéfice (perte) avant impôts sur les bénéfices (BAI) avant éléments spéciaux consolidé(e) pour le quatrième trimestre de l’exercice 2005 s’est établi à 93 millions $, comparativement à une perte de 38 millions $ pour la période correspondante de l’exercice précédent. L’amélioration de 131 millions $ découle principalement des meilleurs résultats du secteur transport. Le BAI avant éléments spéciaux de l’exercice 2005 a été de 71 millions $, comparativement à 311 millions $ l’exercice précédent.

Les flux de trésorerie disponibles des secteurs manufacturiers générés au cours du quatrième trimestre ont totalisé 704 millions $, une progression de 60 millions $ sur la période correspondante de l’exercice précédent. Les flux de trésorerie disponibles de la Société générés au cours de l’exercice 2005 se sont élevés à 388 millions $, une augmentation de 1,1 milliard $ sur l’exercice précédent. La position d’encaisse de la Société au 31 janvier 2005 était solide à 2,4 milliards $.

Dans le secteur aéronautique, les commandes nettes d’avions d’affaires ont progressé de 69 % d’un exercice à l’autre, démontrant la poursuite du raffermissement du marché. Dans le secteur transport, le plan de restructuration se poursuit comme prévu avec des réductions nettes d’effectifs d’environ 4000 personnes au 31 janvier 2005.

Conformément à la politique de la Société et sur la base des résultats financiers du dernier exercice, le conseil d’administration a décidé qu’il n’y aura pas de versement de dividendes sur les actions ordinaires (actions classe A et classe B) au cours de l’exercice 2006.

« Malgré un environnement plein de défis, notre position d’encaisse est solide et la performance en matière de flux de trésorerie disponibles générés au cours de l’exercice est bonne, a déclaré Laurent Beaudoin, président du conseil d’administration et chef de la direction de Bombardier Inc. Les assises de la Société sont solides : des employés très compétents et des portefeuilles d’excellents produits. Tous les efforts seront concentrés sur chacun de nos secteurs d’activité afin d’assurer la réalisation de leur plein potentiel de rentabilité. »

Bombardier Aéronautique

Malgré le contexte difficile prévalant, Bombardier Aéronautique a été rentable au quatrième trimestre et pour l’exercice 2005.

Le nombre total de livraisons d’avions a atteint 329, en regard de 324 l’exercice précédent. Les livraisons d’avions d’affaires ont progressé de 44 %. Le nombre plus faible de livraisons de biréacteurs Bombardier CRJ200 a été en partie compensé par une augmentation de 26 % des livraisons de biréacteurs Bombardier CRJ700 et CRJ900. En ce qui a trait aux commandes d’avions, les commandes nettes d’avions d’affaires ont progressé de 69 % et les commandes de turbopropulseurs de série Q ont enregistré une hausse de 88 % au cours de l’exercice 2005.

Bombardier Aéronautique continue d’être un chef de file dans les segments d’avions d’affaires et d’avions régionaux dans lesquels elle livre concurrence. En fonction des livraisons, sa part de marché des avions d’affaires est passée à 27 % cette année, comparativement à 20 % l’an dernier. Sa part de marché du segment des avions régionaux a progressé de 56 % à 67 %, en fonction des nouvelles commandes brutes. Au cours de la dernière année, 57 % de toutes les livraisons d’avions régionaux de 20 à 90 sièges portaient sur des avions Bombardier.

Bombardier Aéronautique a également maintenu sa position concurrentielle avec des innovations qui répondent aux besoins des clients. Il a récemment présenté une version améliorée de l’appareil CRJ900 qui combine des performances substantiellement améliorées de décollage et d’atterrissage, une distance franchissable accrue et une consommation de carburant moindre. Une mise à niveau du moteur de l’appareil CRJ700 a également été présentée, qui offrira aux exploitants jusqu’à 15 % de réduction de coûts d’entretien du moteur sur 15 ans.

En mars 2005, le conseil d’administration de la Société a autorisé Bombardier Aéronautique à offrir aux clients la nouvelle famille d’appareils CSeries. L’autorisation d’offrir la famille d’appareils est une étape importante du processus qui pourrait mener au lancement du programme. Avant de procéder au lancement, Bombardier va rechercher des engagements fermes de clients, de fournisseurs et de gouvernements partenaires potentiels.

Bombardier Transport

L’amélioration des résultats de Bombardier Transport se poursuit, alors que le programme de restructuration progresse comme prévu.

Les fermetures de site se déroulent selon le calendrier prévu avec la fermeture de trois usines au cours de l’exercice 2005. Les mesures d’amélioration des sites ont été mises en oeuvre avec des objectifs clairs et mesurables d’économies de coûts. La fonction de gestion de projets a été renforcée avec des vérifications régulières des 40 projets les plus cruciaux, soutenue par un strict système de gouvernance, qui a résulté en une imputablité accrue. Un plan d’action détaillé pour l’approvisionnement a été mis en place visant à réduire les coûts et le nombre de fournisseurs.

Deux étapes importantes sur le plan des produits ont été franchies au cours de l’exercice. Les premières locomotives polycourant de trains à marchandises Bombardier TRAXX MS ont été livrées aux Chemins de fer fédéraux suisses. Elles offrent aux clients d’importants avantages de communité et d’interopérabilité. En outre, la première rame d’autorail régional à grande capacité (AGC) a été livrée à la Société Nationale des Chemins de fer Français, en avance sur l’échéancier, reflétant les améliorations apportées en matière de gestion de projets et d’efforts concentrés sur la satisfaction de la clientèle.

Bombardier Transport demeure le chef de file mondial dans la fabrication de matériel de transport sur rail. Les efforts de vente seront intensifiés dans les pays nouveaux membres de l’Union européenne ainsi que dans les pays du Moyen-Orient et d’Asie. Une plus grande attention sera également portée aux segments de marché en forte croissance de la signalisation et des services.

RÉSULTATS FINANCIERS DU TRIMESTRE ET DE L’EXERCICE CLOS LE 31 JANVIER 2005

ANALYSE DES RÉSULTATS

Bombardier Inc. a annoncé aujourd'hui les résultats financiers du quatrième trimestre et de l'exercice clos le 31 janvier 2005.

À compter du premier trimestre de l’exercice 2005, la Société a changé sa monnaie de présentation de l’information financière pour le dollar américain. Par conséquent, tous les montants présentés dans ce communiqué sont en dollars américains à moins d’indication contraire.

Depuis le quatrième trimestre de l’exercice 2005, la Société a cessé l’attribution des intérêts débiteurs nets du siège social aux secteurs manufacturiers puisque la direction évalue dorénavant le rendement sectoriel en fonction du bénéfice (perte) avant intérêts nets et impôts sur les bénéfices (BAII) consolidé(e), conformément à ses stratégies actuelles de gestion de la dette centralisée. Les chiffres correspondants ont été reclassés.

Résultats consolidés

Les revenus consolidés se sont établis à 4,8 milliards $ pour le trimestre clos le 31 janvier 2005, en regard de 4,9 milliards $ pour la période correspondante de l’exercice précédent. Cette diminution est attribuable aux revenus moins élevés du secteur aéronautique, en partie contrebalancée par une augmentation des revenus du secteur transport. Pour l’exercice clos le 31 janvier 2005, les revenus consolidés ont atteint 15,8 milliards $, comparativement à 15,5 milliards $ l’exercice précédent. Cette augmentation est attribuable à une hausse des revenus dans le secteur transport en partie compensée par une baisse des revenus dans le secteur aéronautique.

Le BAI avant éléments spéciaux pour le trimestre clos le 31 janvier 2005 a été de 93 millions $, comparativement à un BAI négatif de 38 millions $ pour la période correspondante de l’exercice précédent. Cette amélioration découle d’une meilleure performance du secteur transport, en partie contrebalancée par une baisse des résultats du secteur aéronautique et de BC. Le BAI avant éléments spéciaux a atteint 71 millions $ pour l’exercice 2005, comparativement à 311 millions $ pour l’exercice 2004. Cette baisse s’explique surtout par une plus faible performance des secteurs aéronautique et BC.

Les éléments spéciaux ont totalisé 38 millions $ pour le trimestre clos le 31 janvier 2005, en regard de 362 millions $ pour la période correspondante de l’exercice précédent. Pour l’exercice clos le 31 janvier 2005, les éléments spéciaux se sont élevés à 172 millions $, comparativement à 330 millions $ pour l’exercice 2004.

Il en a résulté un BAI de 55 millions $ pour le quatrième trimestre de l’exercice 2005, en regard d’un BAI négatif de 400 millions $ pour la période correspondante de l’exercice précédent. Pour l’exercice 2005, le BAI a été négatif de 101 millions $, comparativement à un BAI négatif de 19 millions $ pour l’exercice 2004.

Le bénéfice découlant des activités poursuivies a été de 56 millions $, ou 0,03 $ l’action, pour le quatrième trimestre de l’exercice 2005, comparativement à une perte de 415 millions $, ou 0,24 $ l’action, pour la même période de l’exercice précédent. Pour l’exercice clos le 31 janvier 2005, la perte découlant des activités poursuivies a totalisé 85 millions $, ou 0,06 $ l’action, une progression de 81 millions $ sur la perte de 166 millions $, ou 0,11 $ l’action, pour l’exercice 2004.

Au 31 janvier 2005, le carnet de commandes de Bombardier s’établissait à 31,5 milliards $, en regard d’un carnet de commandes de 34,6 milliards $ au 31 janvier 2004. Cette baisse s’explique surtout par l’excédent des revenus constatés sur les nouvelles commandes du secteur transport.

Faits saillants financiers
Version PDF

Bombardier Aéronautique

  • Revenus de 2,6 milliard $ pour le quatrième trimestre; 7,9 milliards $ pour l’exercice 2005
  • BAIIA de 164 millions $ pour le quatrième trimestre; 555 millions $ pour l’exercice 2005
  • BAII de 78 millions $ pour le quatrième trimestre; 190 millions $ pour l’exercice 2005
  • Carnet de commandes de 10,2 milliards $
  • Livraisons de 108 appareils au quatrième trimestre, comparativement à 107 au cours de la période correspondante de l’exercice précédent; livraisons de 329 appareils pour l’exercice 2005, comparativement à 324 pour l’exercice précédent

Les revenus sectoriels de Bombardier Aéronautique ont atteint 2,6 milliards $ pour le trimestre clos le 31 janvier 2005, comparativement à 2,9 milliards $ pour le trimestre correspondant de l’exercice précédent. Les revenus sectoriels de Bombardier Aéronautique se sont élevés à 7,9 milliards $ pour l’exercice clos le 31 janvier 2005, comparativement à 8,2 milliards $ pour l’exercice précédent. Ces diminutions sont principalement attribuables aux livraisons moins élevées d’avions CRJ200, en partie compensée par l’augmentation du nombre de livraisons et une combinaison favorable d’avions d’affaires, ainsi que par l’augmentation des livraisons d’avions CRJ700 et Bombardier Q400. À compter du premier trimestre de l’exercice 2005, Bombardier a modifié de façon prospective sa convention sur la constatation des revenus liés aux ventes de parts d’avion. Sous la convention comptable précédente, les revenus totaux auraient été plus élevés de 163 millions $.

Le bénéfice avant intérêts débiteurs nets, impôts sur les bénéfices et amortissement (BAIIA) s’est établi à 164 millions $ pour le trimestre clos le 31 janvier 2005, en regard de 232 millions $ pour la période correspondante de l’exercice précédent. Le BAIIA de l’exercice 2005 s’est élevé à 555 millions $, comparativement à 717 millions $ pour l’exercice 2004. Ces diminutions découlent principalement de l’incidence négative de taux de change effectifs plus élevés du dollar canadien par rapport au dollar américain, d’une baisse des livraisons d’appareils CRJ200, des coûts d’indemnités de départ et autres coûts de cessation d’emploi pour départ involontaire, et des frais de recherche et développement supérieurs liés aux appareils CSeries pour l’exercice 2005. Ces diminutions ont été en partie compensées par une hausse et une combinaison favorable des livraisons d’avions d’affaires, une hausse des livraisons d’appareils CRJ700 et Q400 et des marges plus élevées sur les ventes d’avions d’occasion.

Le BAII a totalisé 78 millions $, ou 3,0 % des revenus sectoriels, pour le quatrième trimestre clos le 31 janvier 2005, comparativement à 139 millions $, ou 4,9 %, pour la période correspondante de l’exercice précédent. Pour l’exercice 2005, le BAII a totalisé 190 millions $, ou 2,4 % des revenus sectoriels, comparativement à 409 millions $, ou 5 % pour l’exercice 2004.

Pour le trimestre clos le 31 janvier 2005, les livraisons d’avions se sont élevées à 108, comparativement à 107 pour la période correspondante de l’exercice précédent. Les 108 livraisons ont porté sur 47 avions d’affaires, 60 avions régionaux et un avion amphibie. Au cours de l’exercice 2005, Bombardier Aéronautique a livré 329 avions, comparativement à 324 au cours de l’exercice 2004. Les livraisons d’avions de l’exercice 2005 portaient sur 200 avions régionaux, 128 avions d’affaires et un avion amphibie. Bombardier prévoit que le nombre total de livraisons d’avions pour l’exercice 2006 devrait être similaire à celui de l’exercice 2005.

Pour le quatrième trimestre et l’exercice clos le 31 janvier 2005, Bombardier a reçu 54 et 154 commandes nettes d’avions d’affaires, comparativement à 48 et 91 commandes nettes pour les périodes correspondantes de l’exercice précédent. Cette hausse résulte de la mise en service de nouveaux modèles ainsi que du raffermissement soutenu du marché mondial des avions d’affaires.

Pour le quatrième trimestre et l’exercice clos le 31 janvier 2005, Bombardier a reçu 12 et 133 commandes nettes d’avions régionaux, comparativement à 38 et 140 commandes nettes pour les périodes correspondantes de l’exercice précédent. Ces commandes obtenues au cours de l’exercice 2005 incluaient une commande de 32 appareils CRJ200 d’Atlantic Southeast Airlines, d’une valeur approximative de 780 millions $; une commande d’Air Canada pour 15 appareils CRJ de série 705 et 15 appareils CRJ200, d’une valeur approximative de 821 millions $; une commande d’Air Nostrum de 20 appareils CRJ200, d’une valeur approximative de 512,6 milllions $; et une commande de FlyBE. de 20 appareils Q400 d’une valeur approximative de 485 millions $.

Au 31 janvier 2005, le carnet de commandes du secteur aéronautique totalisait 10,2 milliards $, comparativement à 10,9 milliards $ au 31 janvier 2004. La réduction du carnet de commandes d’un exercice à l’autre est essentiellement attribuable au retrait volontaire de 34 commandes d’appareils CRJ200 d’Independence Air, Inc. (auparavant Atlantic Coast Airlines, Inc.) et aux livraisons excédant les nouvelles commandes d’avions régionaux (surtout pour l’appareil CRJ200). Cette réduction est en partie compensée par la hausse du carnet de commandes d’avions d’affaires.

Bombardier Transport

  • Poursuite avec succès de l’exécution du plan de restructuration
  • Revenus de 2,1 milliards $ pour le quatrième trimestre; 7,6 milliards $ pour l’exercice 2005
  • BAIIA avant éléments spéciaux de 94 millions $ (56 millions $ après éléments spéciaux) pour le quatrième trimestre; 171 millions $ (négatif 1 million $ après éléments spéciaux) pour l’exercice 2005
  • BAII avant éléments spéciaux de 61 millions $ (23 millions après éléments spéciaux) pour le quatrième trimestre; 33 millions $ (négatif 139 millions $ après éléments spéciaux) pour l’exercice 2005
  • Éléments spéciaux totalisant 38 millions $ pour le quatrième trimestre; 172 millions $ pour l’exercice 2005
  • Nouvelles commandes s’élevant à 4,4 milliards $ pour l’exercice
  • Carnet de commandes de 21,3 milliards $

Les revenus sectoriels de Bombardier Transport ont totalisé 2,1 milliards $ pour le trimestre clos le 31 janvier 2005, en regard de 1,9 milliard $ pour la période correspondante de l’exercice précédent. Pour l’exercice clos le 31 janvier 2005, les revenus sectoriels s’élevaient à 7,6 milliards $, comparativement à 7 milliards $ pour l’exercice précédent. Ces progressions des revenus découlent principalement de la hausse des revenus provenant des contrats de trains de grandes lignes, et de l’incidence positive des fluctuations de taux de change en raison de l’affaiblissement du dollar américain par rapport à l’euro et à d’autres devises de l’Europe de l’Ouest.

Le BAIIA avant éléments spéciaux a atteint 94 millions $ pour le trimestre clos le 31 janvier 2005, en regard d’un BAIIA avant éléments spéciaux négatif de 98 millions $ pour la même période de l’exercice précédent. Cette augmentation est principalement attribuable à la révision, au cours de l’exercice 2004, d’estimations de coûts pour l'achèvement de certains contrats et à la charge découlant du règlement de toutes les réclamations non réglées liées aux contrats avec Amtrak pour les rames à haute vitesse Acela. Pour l’exercice 2005, le BAIIA avant éléments spéciaux totalisait 171 millions $, comparativement à 197 millions $ pour l’exercice 2004. La diminution est principalement attribuable à la détérioration de la rentabilité de certains contrats importants au cours du quatrième trimestre de l’exercice 2004 et du premier trimestre de l'exercice 2005, qui sont maintenant comptabilisés à des marges réduites. Cette diminution est partiellement compensée par la baisse des coûts d’exploitation découlant en grande partie de l’incidence favorable des diverses mesures de restructuration et de réduction de coûts.

Le BAII avant éléments spéciaux totalisait 61 millions $, ou 2,9 % des revenus sectoriels, pour le quatrième trimestre clos le 31 janvier 2005, comparativement à un BAII négatif de 145 millions $ pour la période correspondante de l’exercice précédent. Pour l’exercice 2005, le BAII avant éléments spéciaux était de 33 millions $, ou 0,4 % des revenus sectoriels, comparativement à 39 millions $, ou 0,6 %, pour l’exercice 2004.

Les éléments spéciaux ont totalisé 38 millions $ pour le trimestre clos le 31 janvier 2005, en regard de 349 millions $ pour la période correspondante de l’exercice précédent. Pour l’exercice 2005, les éléments spéciaux s’élevaient à 172 millions $, en regard de 349 millions $ pour l’exercice 2004. Ces éléments spéciaux sont principalement liés aux coûts d’indemnités de départ et autres coûts de cessation d’emploi pour départ involontaire, ainsi qu’aux coûts de fermetures de sites. Le coût total du plan de restructuration, initialement estimé à 583 millions $, devrait maintenant s’élever à 617 millions $.

Il en a résulté un BAII de 23 millions $, ou 1,1 % des revenus sectoriels, pour le quatrième trimestre clos le 31 janvier 2005, comparativement à un BAII négatif de 494 millions $ pour la période correspondante de l’exercice précédent. Pour l’exercice 2005, le BAII était négatif de 139 millions $, comparativement à un BAII négatif de 310 millions $ pour l’exercice 2004.

Les principaux contrats ont porté sur la fourniture de 324 trains Autorail Grande Capacité (AGC) à la Société Nationale des Chemins de fer Français (SNCF), d’une valeur de 474 millions $; d’un système de métro entièrement automatisé pour la ville de Yong-In, en Corée d’une valeur de 320 millions $; et de 20 trains à grande vitesse de huit voitures chacun au ministère des Chemins de fer chinois, d’une valeur de 263 millions $.

Le carnet de commandes de Bombardier Transport totalisait 21,3 milliards $ au 31 janvier 2005, comparativement à 23,7 milliards $ au 31 janvier 2004. Cette baisse de valeur du carnet de commandes reflète un excédent des revenus constatés sur les nouvelles commandes, en partie compensée par un rajustement de change favorable d’environ 800 millions $, principalement en raison de l’affaiblissement du dollar américain par rapport à l’euro et à d’autres devises de l’Europe de l’Ouest.

Bombardier Capital

  • Revenus de 105 millions $ pour le quatrième trimestre; 426 millions $ pour l’exercice 2005
  • BAI négatif de 1 million $ pour le quatrième trimestre; BAI positif de 29 millions $ pour l’exercice 2005
  • Réduction de 13 % des portefeuilles en liquidation progressive au cours du quatrième trimestre; réduction de 45 % au cours de l’exercice 2005

Les revenus sectoriels de Bombardier Capital pour le quatrième trimestre de l’exercice 2005 ont totalisé 105 millions $, en regard de 114 millions $ pour la période correspondante de l’exercice précédent. Pour l’exercice clos le 31 janvier 2005 les revenus sectoriels de Bombardier Capital se sont établis à 426 millions $, en regard de 493 millions $ pour l’exercice 2004. Ces réductions sont conformes à la réduction des actifs moyens sous gestion.

Le BAI de Bombardier Capital a été négatif de 1 million $ et positif de 29 millions $ pour le trimestre et l’exercice clos le 31 janvier 2005, comparativement à un BAI positif de 13 millions $ et de 53 millions $ respectivement pour les périodes correspondantes de l’exercice précédent. Ces diminutions s’expliquent essentiellement par le paiement de 19 millions $ relatif au rachat d’options d’achat liées aux billets encaissables/remboursables par suite de la révision à la baisse des cotes de crédit de la Société en novembre 2004 ainsi que par la baisse de la marge nette découlant de la réduction des portefeuilles en liquidation progressive. Ces diminutions ont été en partie contrebalancées par des charges autres que d’intérêt moins élevées et par une qualité du crédit qui tend à s’améliorer, ce qui se traduit par des besoins moindres de provisions.

D’importants progrès ont été réalisés en matière de réduction des portefeuilles en liquidation progressive au cours de l’exercice 2005. Les débiteurs financiers et les actifs loués en vertu de contrats de location-exploitation liés aux portefeuilles en liquidation progressive ont été réduits de 45 %, ou 420 millions $, au cours de l’exercice 2005 surtout par suite d’une réduction des portefeuilles d’avions d’affaires, de maisons usinées et de biens de consommation découlant de remboursements de prêts.

Les portefeuilles d’activités poursuivies font régulièrement l’objet d’une évaluation quant à leur place dans le cadre stratégique, leur rentabilité, la disponibilité de financement et le profil de risque. La réduction ordonnée et en temps opportun des portefeuilles en liquidation progressive se poursuit comme prévu.

À propos de Bombardier
Un chef de file mondial en solutions de transport novatrices, dans les secteurs des avions régionaux et avions d'affaires et dans celui du matériel de transport sur rail, Bombardier Inc. est une entreprise d'envergure internationale dont le siège social est situé au Canada. Ses revenus pour l'exercice clos le 31 janvier 2005 s'élevaient à 15,8 milliards $ US et ses actions se négocient à la bourse de Toronto (BBD). De l'information est disponible sur le site Internet de la Société à l'adresse www.bombardier.com.

Bombardier, CRJ, CRJ200, CRJ700, CRJ900, série Q, Q300, Q400, CSeries et TRAXX sont des marques de commerce de Bombardier Inc. ou de ses filiales.

Source d’information
John Paul Macdonald
Vice-président principal, Affaires publiques
+1 514 861-9481
www.bombardier.com

La discussion et analyse de la direction et les états financiers consolidés sont disponibles à www.bombardier.com.

INFORMATION FINANCIÈRE PROSPECTIVE
Ce communiqué de presse énonce des objectifs dont l’atteinte est sujette à des risques et incertitudes. Pour toute information sur des facteurs de risque de nature législative ou réglementaire, économique, technologique, ou pouvant toucher les fluctuations de taux de change ou la compétitivité, ou pour tout autre facteur important qui pourrait faire en sorte que les résultats atteints diffèrent de façon significative des cibles visées, consultez le rapport annuel de Bombardier sous la rubrique « Risques et incertitudes » dans la section Rapport de gestion.

 

MISE EN GARDE RELATIVE AUX MESURES DE CALCUL DES RÉSULTATS NON DÉFINIES PAR LES PCGR
Ce communiqué repose sur les résultats établis selon les principes comptables généralement reconnus du Canada (PCGR), ainsi que sur le bénéfice (la perte) avant intérêts nets des secteurs manufacturiers, impôts sur les bénéfices et amortissement (BAIIA); sur le bénéfice (la perte) avant intérêts nets des secteurs manufacturiers et impôts sur les bénéfices (BAII); et sur le bénéfice (la perte) avant impôts sur les bénéfices (BAI) avant éléments spéciaux; et sur les flux de trésorerie disponibles. Ces mesures découlent directement des états financiers consolidés, mais n’ont pas un sens normalisé prescrit par les PCGR; par conséquent, d’autres sociétés utilisant ces termes peuvent les calculer différemment. La direction estime qu’un grand nombre d’utilisateurs de ses états financiers consolidés et du présent rapport analysent les résultats de la Société d’après ces mesures du rendement et que cette présentation est conforme aux pratiques de l’industrie. La direction considère que les éléments spéciaux ne font pas partie du cours normal des activités quotidiennes de la Société et qu’ils pourraient nuire à l’analyse des tendances.