Bombardier maintient sa rentabilité et étend sa restructuration dans les secteurs transport et aéronautique La Société annonce ses résultats financiers du troisième trimestre clos le 31 octobre 2004

  • Revenus consolidés de 3,6 milliards $
  • Bénéfice net de 10 millions $
  • Carnet de commandes global de 33 milliards $
  • Poursuite de la reprise du marché des avions d'affaires
  • Livraisons d'avions totalisant 69
  • Commandes d'avions totalisant 86
  • Extension de la restructuration du secteur Transport
  • Solides liquidités

Bombardier Inc. a maintenu sa rentabilité au troisième trimestre malgré un environnement commercial exceptionnellement difficile, à la fois dans le secteur de l'aéronautique et dans celui du transport sur rail.

Les résultats financiers du trimestre font état de bénéfices consolidés, avant impôts sur les bénéfices (BAI) et avant éléments spéciaux, de 52 millions $, en regard de 49 millions $ le trimestre précédent. Les éléments spéciaux se sont chiffrés à 43 millions $ et le bénéfice net a été de 10 millions $. Les revenus consolidés se sont établis à 3,6 milliards $, comparativement à 3,9 milliards $.

« La reprise du marché des avions d'affaires démontre le bien-fondé de la diversification de nos activités aéronautiques, a déclaré Paul M. Tellier, président-directeur général. Nous continuons à améliorer notre gestion de trésorerie d'un exercice à l'autre et nos liquidités demeurent solides à 5 milliards $ de sources de financement disponibles. Notre plan, que nous croyons être le bon, se déroule comme prévu mais il faut admettre que nous n'en voyons pas encore tous les bénéfices. »

« Nous réalisons des progrès dans le cadre de ce plan de redressement en dépit des importants défis auxquels nos clients sont confrontés, particulièrement les transporteurs aériens nord-américains, a poursuivi M. Tellier. Nous réagissons avec détermination aux facteurs externes affectant notre entreprise et nous gérons de façon proactive les éléments que nous pouvons contrôler. Nous apportons d'importants changements dans chacun de nos secteurs d'activité pour nous assurer plus de souplesse et nous ajuster aux marchés. »

La Société a annoncé aujourd'hui qu'elle a l'intention d'étendre son plan de restructuration de Bombardier Transport en réduisant les effectifs nets de 2 200 postes permanents additionnels. Ce plan élargi accroît de 25 millions $, ou 4 %, l'enveloppe de restructuration déjà budgétée. Bombardier a également annoncé qu'elle ajusterait encore la cadence de production de l'appareil Bombardier CRJ200 en fonction de la demande prévue.

Bombardier Aéronautique

Bombardier Aéronautique a amélioré sa performance depuis le dernier trimestre malgré des revenus à la baisse découlant d'une réduction du nombre de livraisons d'avions commerciaux.

Un total de 221 avions ont été livrés depuis le début de l'exercice, ce qui demeure légèrement supérieur au total des 217 appareils livrés au cours de l'exercice 2004. Les nouvelles commandes reçues au cours des neuf premiers mois sont également à la hausse, atteignant 217 comparativement à 145, soutenues par la poursuite du redressement du marché des avions d'affaires. Cent nouvelles commandes nettes d'avions d'affaires ont été reçues au cours de cette période, comparativement à 43 au cours de la période correspondante de l'exercice précédent. Peu après la fin du trimestre, de nouvelles commandes portant sur 11 appareils CRJ additionnels ont été confirmées.

Le marché des turbopropulseurs Bombardier de série Q reprend de la vigueur avec 20 nouvelles commandes reçues au cours du trimestre, dont une commande de 17 appareils Bombardier Q300 passée par Air New Zealand.

Le rajustement de la cadence de production portera à 54 le nombre total de livraisons d'appareils CRJ200 au cours du prochain exercice. Aucune réduction d'effectifs supplémentaire ne sera requise, son incidence étant atténuée par la reprise du marché des avions d'affaires. Plus tôt au cours du trimestre, la Société avait ajusté les cadences de production d'appareils CRJ et annoncé la réduction planifiée de 2 000 postes dans le secteur Aéronautique, laquelle s'étendra sur une période de neuf mois.

La Société s'attend à récolter les bénéfices de la communalité des flottes alors que les transporteurs aériens continuent de progresser vers des appareils de taille plus apte à répondre aux besoins du marché. La famille des appareils Bombardier CRJ de 70 à 90 sièges est bien positionnée dans le marché en évolution du biréacteur régional, en raison de ses facteurs économiques, les meilleurs de sa catégorie, de l'importance accordée aujourd'hui aux économies d'exploitation et des avantages découlant de son importante clientèle pour les appareils CRJ200.

Bombardier Transport

Bombardier Transport continue d'afficher des bénéfices mais ce secteur d'activité ne rencontre pas encore les attentes du marché malgré des améliorations de la productivité.

Confronté à des projections de croissance moins élevées dans l'important marché européen du matériel roulant, Bombardier Transport a proposé d'étendre son plan de restructuration portant les réductions nettes d'effectifs envisagées à un total de 7 600 postes d'ici avril 2006, soit 21 % des effectifs du secteur Transport à l'échelle mondiale, dont 7 300 postes permanents. Les nouvelles réductions proposées touchent 14 pays et 27 sites, affectant principalement l'Allemagne, le Royaume-Uni et le Canada.

Bombardier Capital

Bombardier Capital poursuit, de façon ordonnée et avec diligence, la réduction de ses portefeuilles en liquidation progressive. Au 31 octobre, ceux-ci avaient été réduits de 344 millions $, ou de 37 % depuis le 31 janvier 2004. L'activité continue d'être rentable, contribuant au BAI à hauteur de 10 millions $ ce trimestre.

À l'avenir

« Personne ici ne sous-estime les défis qu'il nous reste à relever avant de pouvoir réaliser notre plein potentiel, mais ce que nous entrevoyons nous donne des raisons de se sentir encouragés, a mentionné M. Tellier. Nous croyons avoir le plan qu'il faut et nous savons que nous devons continuer à progresser, quels que soient les obstacles rencontrés, par une exécution impeccable, en faisant un pas à la fois.

En ce qui concerne le secteur Transport, le programme de restructuration se déroule selon les échéanciers et les budgets. Nos objectifs sont en voie d'être atteints et les améliorations de productivité se poursuivent. La direction n'est toujours pas satisfaite de la performance actuelle et va continuer à travailler sur la rationalisation et l'amélioration de l'efficacité opérationnelle.

Dans le secteur Aéronautique, nous suivons étroitement l'évolution du marché des avions commerciaux et nous sommes proactifs dans l'ajustement de nos cadences de production en fonction de la demande. Parallèlement, nous continuerons à bénéficier de façon importante de la forte croissance du marché des avions d'affaires. »

Faits saillants financiers
Version PDF

 

ANALYSE DES RÉSULTATS

À compter du premier trimestre de l'exercice 2005, la Société a changé sa monnaie de présentation de l'information financière pour le dollar américain. Par conséquent, tous les montants présentés dans ce communiqué sont en dollars américains à moins d'indication contraire.

Résultats consolidés

Pour le troisième trimestre clos le 31 octobre 2004, les revenus consolidés se sont établis à 3,6 milliards $, en regard de 3,5 milliards $ pour la période correspondante de l'exercice précédent. Pour la période de neuf mois close le 31 octobre 2004, les revenus consolidés ont atteint 11 milliards $, comparativement à 10,6 milliards $ pour la même période de l'exercice précédent. Les progressions de 151 millions $ et de 405 millions $ pour le trimestre et la période de neuf mois clos le 31 octobre 2004, comparativement à ceux des mêmes périodes de l'exercice précédent, reflètent principalement l'augmentation des revenus du secteur Transport, en partie compensée par un recul des revenus dans le secteur Aéronautique.

Le BAI avant éléments spéciaux pour le trimestre clos le 31 octobre 2004 a été de 52 millions $, comparativement à un BAI avant éléments spéciaux de 120 millions $ pour la période correspondante de l'exercice précédent. Cette diminution est principalement attribuable aux progressions de l'amortissement, surtout dans le secteur Aéronautique, et des frais d'exploitation. Pour la période de neuf mois close le 31 octobre 2004, le BAI avant éléments spéciaux a été négatif de 22 millions $, comparativement un BAI positif de 349 millions $ pour la période correspondante de l'exercice précédent.

Les éléments spéciaux ont totalisé des charges de 43 millions $ et 134 millions $ pour le trimestre et la période de neuf mois clos le 31 octobre 2004, en regard de gains nets de 69 millions $ et 32 millions $ pour les périodes correspondantes de l'exercice précédent. Les éléments spéciaux du trimestre et de la période de neuf mois clos le 31 octobre 2004 sont principalement liés aux coûts d'indemnités de départ et autres coûts de cessation d'emploi pour départ involontaire ainsi qu'aux coûts de fermeture de sites du secteur Transport. Les éléments spéciaux du trimestre correspondant de l'exercice précédent reflétaient le gain réalisé lors de la vente des Services à l'aviation militaire. Les éléments spéciaux pour la période de neuf mois correspondante de l'exercice précédent incluaient de plus, un gain de 2 millions $ réalisé lors de la vente de l'aéroport municipal de Belfast ainsi que des coûts d'indemnités de départ et autres coûts de cessation d'emploi pour départ involontaire s'élevant à 39 millions $ dans le secteur Aéronautique.

Il en a résulté un BAI de 9 millions $ pour le trimestre clos le 31 octobre 2004, en regard d'un BAI de 189 millions $ pour la période correspondante de l'exercice précédent. Le BAI pour la période de neuf mois close le 31 octobre 2004 a été négatif de 156 millions $, comparativement à un BAI positif de 381 millions $ pour la même période de l'exercice précédent.

Pour le troisième trimestre de l'exercice en cours, le bénéfice découlant des activités poursuivies et le bénéfice net ont été de 10 millions $, ou nil l'action, comparativement à un bénéfice découlant des activités poursuivies de 124 millions $ et un bénéfice net de 133 millions $, ou 0,07 $ l'action, pour la période correspondante de l'exercice précédent. La perte découlant des activités poursuivies et la perte nette ont été de 141 millions $, ou 0,09 $ l'action, pour la période de neuf mois close le 31 octobre 2004, comparativement à un bénéfice découlant des activités poursuivies de 249 millions $, et un bénéfice net de 255 millions $, ou 0,14 $ l'action, pour la même période de l'exercice précédent.

Le carnet de commandes de Bombardier totalisait 33 milliards $ au 31 octobre 2004, en regard d'un carnet de commandes de 34,6 milliards $ au 31 janvier 2004. Cette baisse est surtout attribuable à une réduction du carnet de commandes du secteur Transport.

Les flux de trésorerie disponibles de Bombardier, définis comme étant les flux de trésorerie liés aux activités d'exploitation, déduction faite des acquisitions nettes d'immobilisations corporelles, ont été une utilisation de 152 millions $ pour le troisième trimestre du présent exercice, contre des flux de 34 millions $ pour le troisième trimestre de l'exercice précédent. Pour la période de neuf mois close le 31 octobre 2004, les flux de trésorerie disponibles ont représenté une utilisation de 316 millions $, en regard d'une utilisation de 1,3 milliard $ pour la même période de l'exercice précédent.

Bombardier Aéronautique

  • Revenus de 1,6 milliard $ pour le trimestre
  • BAIIA avant éléments spéciaux de 140 millions $;
    BAI négatif de 7 millions $
  • Carnet de commandes de 11 milliards $
  • Livraisons de 69 avions

Les revenus sectoriels de Bombardier Aéronautique ont atteint 1,6 milliard $ pour le trimestre clos le 31 octobre 2004, comparativement à 1,7 milliard $ pour le trimestre correspondant de l'exercice précédent. Cette diminution est principalement attribuable à une baisse du nombre de livraisons d'avions régionaux et à la modification de convention comptable de constatation des revenus de vente de parts d'avions, en partie compensée par l'augmentation du nombre de livraisons et par une combinaison favorable d'avions d'affaires.

Le bénéfice avant intérêts nets des secteurs manufacturiers, impôts sur les bénéfices et amortissement (BAIIA) avant éléments spéciaux s'est établi à 140 millions $ pour le trimestre clos le 31 octobre 2004, en regard d'un BAIIA avant éléments spéciaux de 168 millions $ pour la période correspondante de l'exercice précédent. Cette diminution découle principalement d'une baisse des revenus, d'une incidence négative de taux de change et d'une augmentation des frais d'exploitation en raison des frais de recherche et développement plus élevés liés à l'étude de faisabilité d'une nouvelle génération d'avions commerciaux.

Les éléments spéciaux pour le trimestre clos le 31 octobre 2003 reflètent un gain de 69 millions $ réalisé lors de la vente des Services à l'aviation militaire.

Le BAI a été négatif de 7 millions $ pour le trimestre clos le 31 octobre 2004, comparativement à un BAI de 121 millions $ pour la période correspondante de l'exercice précédent.

Au cours des troisièmes trimestres clos les 31 octobre 2004 et 2003, Bombardier a livré 69 avions. Les livraisons du troisième trimestre de l'exercice en cours ont porté sur 28 avions d'affaires et 41 avions régionaux. Elles incluent deux avions d'affaires vendus à des clients du programme Bombardier Flexjet pour lesquels les revenus sont constatés, depuis le début du présent exercice, au cours de la période couverte par le contrat de services connexes.

Bombardier a reçu 40 commandes nettes d'avions d'affaires au cours du trimestre clos le 31 octobre 2004 et 100 depuis le début de l'exercice, comparativement à 19 et 43 commandes nettes pour les périodes correspondantes de l'exercice précédent.

Bombardier a reçu 46 commandes nettes d'avions régionaux au cours du trimestre clos le 31 octobre 2004 et 117 depuis le début de l'exercice, incluant les commandes suivantes annoncées au cours du trimestre clos le 31 octobre 2004 : de Air Canada, une commande de 15 appareils Bombardier CRJ705 et de 15 appareils Bombardier CRJ200 d'une valeur approximative de 820 millions $ et de Air New Zealand, une commande de 17 turbopropulseurs Bombardier Q300 d'une valeur approximative de 270 millions $.

Le carnet de commandes du secteur Aéronautique totalisait 11 milliards $ au 31 octobre 2004, comparativement à 10,9 milliards $ au 31 janvier 2004. La hausse des nouvelles commandes reçues par rapport aux livraisons pour les turbopropulseurs et les avions d'affaires a été contrebalancée par une augmentation des livraisons d'avions régionaux en regard des commandes nettes reçues.

Bombardier Transport

  • Revenus de 1,9 milliard $ pour le trimestre
  • BAIIA avant éléments spéciaux de 79 millions $;
  • BAI avant éléments spéciaux de 49 millions $
  • Nouvelles commandes totalisant 900 millions $
  • Carnet de commandes de 22 milliards $

Pour le trimestre clos le 31 octobre 2004, les revenus sectoriels de Bombardier Transport ont totalisé 1,9 milliard $, en regard de 1,7 milliard $ pour la période correspondante de l'exercice précédent. Cette progression des revenus découle principalement de l'accroissement des revenus en provenance du Royaume-Uni et de l'incidence positive des fluctuations de taux de change en raison de l'affaiblissement du dollar américain par rapport à l'euro et à d'autres devises d'Europe occidentale, s'élevant à environ 120 millions $.

Le BAIIA avant éléments spéciaux a atteint 79 millions $ pour le trimestre clos le 31 octobre 2004, en regard d'un BAIIA avant éléments spéciaux de 82 millions $ pour la même période de l'exercice précédent. Ce recul est surtout attribuable à la détérioration de la rentabilité d'importants contrats au cours du quatrième trimestre de l'exercice précédent et du premier trimestre du présent exercice, qui sont maintenant comptabilisés à des marges moins élevées.

Les éléments spéciaux ont totalisé 43 millions $ pour le trimestre clos le 31 octobre 2004, en regard de zéro pour la période correspondante de l'exercice précédent. Ces éléments spéciaux sont principalement liés aux coûts d'indemnités de départ et autres coûts de cessation d'emploi pour départ involontaire ainsi qu'aux coûts de fermeture de sites. L'incidence nette du plan révisé proposé sur l'enveloppe de restructuration antérieurement budgétée sera une augmentation de 25 millions $.

Le BAI s'est établi à 6 millions $ pour le troisième trimestre, en regard d'un BAI de 58 millions $ pour la période correspondante de l'exercice précédent.

Bombardier Transport a signé des contrats pour une valeur totale de 900 millions $ au cours du trimestre clos le 31 octobre 2004. Les principaux contrats ont porté sur la fourniture de 20 trains à grande vitesse au ministère des Chemins de fer chinois, d'une valeur approximative de 263 millions $ et de 70 voitures-passagers à double niveau aux Chemins de Fer Belges, d'une valeur approximative de 138 millions $.

Le carnet de commandes de Bombardier Transport a totalisé 22 milliards $ au 31 octobre 2004, comparativement à 23,7 milliards $ au 31 janvier 2004. Cette baisse de valeur du carnet de commandes reflète un excédent des revenus constatés sur les nouvelles commandes. Le carnet de commandes a bénéficié d'un rajustement de change d'environ 700 millions $, principalement en raison de l'affaiblissement du dollar américain par rapport à l'euro.

Le 28 septembre 2004, la Société a conclu une entente avec DaimlerChrysler AG portant sur tous les litiges non réglés découlant de l'acquisition de DaimlerChrysler Rail Systems GmbH (Adtranz), se traduisant par le paiement d'un montant de 170 millions d'euros (209 millions $) par DaimlerChrysler. Au cours de l'exercice 2002, la Société avait comptabilisé un rajustement du prix d'achat de 150 millions d'euros à titre de réduction de l'écart d'acquisition d'Adtranz en rapport avec ces litiges. Le montant supplémentaire de 20 millions d'euros (25 millions $) a été inscrit à titre de réduction additionnelle de l'écart d'acquisition.

Bombardier Capital

  • Revenus de 106 millions $ pour le trimestre
  • BAI de 10 millions $
  • Réduction de 13,3 % des portefeuilles en liquidation progressive depuis le dernier trimestre

Les actifs moyens sous gestion se sont établis à 4,2 milliards $ pour le trimestre clos le 31 octobre 2004, en regard de 4,8 milliards $ pour le trimestre clos le 31 octobre 2003. Cette baisse est principalement attribuable à la réduction des portefeuilles en liquidation progressive, particulièrement les portefeuilles d'affacturage de débiteurs, d'avions d'affaires, de maisons usinées et de biens de consommation. Elle a été en partie contrebalancée par les augmentations des portefeuilles de financement de stocks et de financement provisoire d'avions commerciaux. Les portefeuilles en liquidation progressive ont été réduits de 344 millions $, ou de 37 % depuis le 31 janvier 2004.

Les revenus sectoriels de Bombardier Capital se sont élevés à 106 millions $ pour les trimestres clos les 31 octobre 2004 et 2003. Les revenus du trimestre clos le 31 octobre 2004, comparativement au trimestre clos le 31 octobre 2003, ont subi l'incidence positive d'un niveau moyen du portefeuille de financement de stocks plus élevé. Celle-ci a été compensée par la réduction des portefeuilles en liquidation progressive.

Le BAI de Bombardier Capital s'est établi à 10 millions $ pour les trimestres clos les 31 octobre 2004 et 2003.

À propos de Bombardier
Un chef de file mondial en solutions de transport novatrices, dans les secteurs des avions régionaux et biréacteurs d'affaires et dans celui du matériel de transport sur rail, Bombardier Inc. est une entreprise d'envergure internationale dont le siège social est situé au Canada. Ses revenus pour l'exercice clos le 31 janvier 2004 s'élevaient à 15,5 milliards $ US et ses actions se négocient aux bourses de Toronto, Bruxelles et Francfort (BBD, BOM et BBDd.F). De l'information est disponible sur le site Internet de la Société à l'adresse www.bombardier.com.

Bombardier, CRJ, CRJ200, CRJ705, Flexjet, série Q et Q300 sont des marques de commerce de Bombardier Inc. ou de ses filiales.

Source d'information
Dominique Dionne
Vice-présidente, Communications
+1 514 861-9481

www.bombardier.com

La discussion et analyse de la direction et les états financiers consolidés sont disponibles à www.bombardier.com.

INFORMATION FINANCIÈRE PROSPECTIVE
Ce communiqué de presse énonce des objectifs dont l'atteinte est sujette à des risques et incertitudes. Pour toute information sur des facteurs de risque de nature législative ou réglementaire, économique, technologique, ou pouvant toucher les fluctuations de taux de change ou la compétitivité, ou pour tout autre facteur important qui pourrait faire en sorte que les résultats atteints diffèrent de façon significative des cibles visées, consultez le rapport annuel de Bombardier sous la rubrique " Risques et incertitudes " dans la section Discussion et analyse de la direction.

 

MISE EN GARDE RELATIVE AUX MESURES DE CALCUL DES RÉSULTATS NON DÉFINIES PAR LES PCGR
Ce communiqué repose sur les résultats établis selon les principes comptables généralement reconnus du Canada (PCGR), ainsi que sur le bénéfice (la perte) avant intérêts nets des secteurs manufacturiers, impôts sur les bénéfices et amortissement (BAIIA), sur le bénéfice (la perte) avant intérêts nets des secteurs manufacturiers, impôts sur les bénéfices (BAII)) et sur le bénéfice (la perte) avant impôts sur les bénéfices (BAI); avant éléments spéciaux, et sur les flux de trésorerie disponibles. Ces mesures découlent directement des états financiers consolidés, mais n'ont pas un sens normalisé prescrit par les PCGR; par conséquent, d'autres sociétés utilisant ces termes peuvent les calculer différemment. La direction estime qu'un grand nombre d'utilisateurs de ses états financiers consolidés et du présent rapport analysent les résultats de la Société d'après ces mesures du rendement et que cette présentation est conforme aux pratiques de l'industrie. La direction considère que les éléments spéciaux ne font pas partie du cours normal des activités quotidiennes de la Société et qu'ils pourraient nuire à l'analyse des tendances.