Bombardier recouvre la rentabilité au deuxième trimestre La Société annonce ses résultats financiers pour le deuxième trimestre clos le 31 juillet 2004

  • Revenus consolidés de 3,9 milliards $
  • Bénéfice de 23 millions $
  • Bénéfice par action de 0,01 $
  • Carnet de commandes de 32,9 milliards $
  • Retour à la rentabilité pour Bombardier Transport
  • Solide reprise du marché des avions d’affaires
  • Marché des avions régionaux toujours un défi
  • Fortes position d’encaisse et flux de trésorerie disponibles positifs

Bombardier Inc., le leader mondial dans le secteur du transport, a recouvré la rentabilité à mi-parcours de son programme triennal de restructuration.

Les résultats financiers du deuxième trimestre publiés aujourd’hui font état d’un bénéfice consolidé avant impôts (BAI) de 44 millions $, comparativement à une perte de 209 millions $ pour le premier trimestre du présent exercice. Les revenus consolidés ont augmenté de 10 % pour atteindre 3,9 milliards $, comparativement à 3,5 milliards $ au premier trimestre du présent exercice.

« Dans l’ensemble, nous sommes là où nous espérions être à cette étape la plus difficile et la plus cruciale de notre plan triennal, a déclaré Paul M. Tellier, le président-directeur général. Nous sommes de nouveau rentable, notre performance en matière de flux de trésorerie disponibles s’est améliorée considérablement comparativement à l’an dernier; notre bilan est sain, nous avons accès à d’importants capitaux et donc à de solides liquidités.

« Le secteur Transport a renoué avec la rentabilité en concentrant intensément ses efforts sur la gestion de projets et en réalisant le plan de restructuration, a précisé M. Tellier. Dans le secteur Aéronautique, nous bénéficions d’une gamme de produits diversifiée. Nous avons tiré profit d’une nette amélioration du marché des avions d’affaires, ce qui nous a aidé à relever les défis du marché des avions de transport régional. Nous allons livrer au cours du présent exercice un nombre similaire d’appareils à celui de l’exercice précédent.

« Conjugués, notre concentration sur l’exécution, les bienfaits de la restructuration et notre présence diversifiée sur le marché mondial du transport constituent un bon tremplin pour accroître la rentabilité », a-t-il ajouté.

Bombardier Transport

La reprise du deuxième trimestre a été marquée par le redressement de la situation de Bombardier Transport, le leader mondial de l’industrie de l’équipement de transport sur rail. Le BAI pour le trimestre a atteint 46 millions $, comparativement à une perte de 196 millions $ pour le premier trimestre du présent exercice.

« Nous voyons les fruits du travail d’une nouvelle équipe qui améliore la gestion de projets et qui a entrepris un rigoureux processus de révision des contrats, a précisé M. Tellier. Tel que prévu, il n’y a pas eu de rajustements importants de contrats au cours du trimestre. Tout rajustement effectué est contrebalancé par des améliorations ailleurs. »

Le secteur Transport est également en avance sur son échéancier quant à la réorganisation majeure constituant le point central de l’an 2 du programme de restructuration de Bombardier :

  • l’usine de Amadora (Portugal) a été fermée le 25 mai 2004;
  • l’usine de Doncaster (R.-U.) a été fermée le 25 juin 2004, soit six mois plus tôt que prévu;
  • toutes les autres fermetures de sites proposées se déroulent comme prévu, en accord avec les législations de travail et locales;
  • les réductions d’effectifs totalisent maintenant 1500 employés et devraient atteindre le nombre de 3000 d’ici la fin de l’année, soit environ la moitié de l’objectif de rationalisation annoncé;
  • le programme d’amélioration des sites industriels est sur la bonne voie, et génère les économies envisagées; et
  • le programme d’approvisionnement est en cours, et des économies de 20 % ont été identifiées dans les deux tiers des catégories déjà analysées.

« Les assises sont en place pour accroître les marges de Bombardier Transport et le secteur continuera d’être rentable à l’avenir, a mentionné M. Tellier. La satisfaction de la clientèle demeure élevée et il existe des perspectives de croissance intéressantes dans les domaines des services et de la signalisation qui contrebalanceront les reports de commandes rapportés en Europe. »

Bombardier Aéronautique

Le secteur des avions d’affaires a tiré pleinement profit de la reprise du marché enregistrant une solide performance. Les livraisons de 29 avions d’affaires au cours du deuxième trimestre font suite aux 24 livraisons du trimestre précédent, pour un total de 53 livraisons pour le premier semestre de l’exercice en cours, comparativement à 35 livraisons au cours des premiers six mois de l’exercice 2004. De la même façon, le nombre de commandes fermes progresse, totalisant 60 appareils à ce jour pour l’exercice, comparativement à 24 pour la même période de l’exercice précédent.

« Notre diversification dans le secteur de l’aéronautique nous aide grandement, a commenté M. Tellier. Les ventes de biréacteurs régionaux avaient soutenu le secteur au cours du repli du marché des avions d’affaires et maintenant c’est le contraire qui se réalise. Nos produits couvrant 96 % du marché des avions d’affaires, cette reprise du marché signifie que nous allons livrer un nombre similaire d’appareils pour l’exercice », a précisé M. Tellier.

Bombardier continue de gérer efficacement les risques liés au marché des avions commerciaux, et travaille en étroite collaboration avec ses clients pour composer avec un environnement de financement exigeant, en ajustant les cadences de production de façon à refléter la demande et en mettant en place des mesures de réduction de coûts.

« Certains de nos clients font face à de sérieux défis, note M. Tellier. Mais nous gérons la situation dans la mesure du possible. Dans l’ensemble, le potentiel du marché des avions régionaux demeure solide. Le nombre de liaisons régionales s’est accru de 33 % au cours des 18 derniers mois. Ces liaisons sont rentables pour les sociétés aériennes et c’est justement là que nous nous positionnons, avec 50 % des commandes dans ce marché pour le dernier exercice. »

D’autres développements qui contribueront à la performance du secteur Aéronautique comprennent :

  • une gamme complète d’avions régionaux, offrant d’excellentes économies qui figurent dans les programmes de restructuration d’un grand nombre de transporteurs aériens et qui offrent d’excellentes économies;
  • l’amortissement des coûts du programme Bombardier CRJ200 sera essentiellement achevé d’ici la fin de l’année, accroissant le bénéfice réalisé par avion;
  • les conversions d’avions pour l’appareil Bombardier CRJ700 de plus grande taille continuent d’être alimentées par l’imposant parc de biréacteurs CRJ200. Elles amélioreront la combinaison de revenus et aideront à absorber les coûts d’amortissement;
  • un marché qui s’améliore pour le turbopropulseur Bombardier Q400, qui affiche souplesse et économie de carburant, avec 11 nouvelles commandes depuis le début de l’exercice.

Bombardier Capital

La réduction des portefeuilles en liquidation progressive se poursuit tel que planifiée. Ces portefeuilles ont été réduits de 254 millions $, soit 27 % depuis le début de l’exercice et de 1,1 milliard $, ou 61 % en regard du 31 juillet 2003. « Ce secteur maintient un bon profil de risque tout en contribuant à l’ensemble de la rentabilité de Bombardier et à sa situation en matière de liquidités », précise M. Tellier.

À l’avenir

« Bombardier a réalisé de réels et substantiels progrès dans ses efforts pour restaurer la rentabilité de la Société, a conclu M. Tellier. Nous générons des profits et nous avons l’élan nécessaire à la croissance des bénéfices.

« Bombardier Transport est de retour sur la bonne voie. Le plan de redressement et la mise en oeuvre de la restructuration commencent à démontrer une amélioration sur le plan des résultats de ce groupe. Le niveau de BAI avant éléments spéciaux du trimestre constitue un bon indicatif de ceux des prochains trimestres.

« En ce qui a trait à Bombardier Aéronautique, les avantages de la diversification sont évidents. Le marché des avions d’affaires continue d’enregistrer des améliorations sur les plans du volume et des prix et notre investissement dans plusieurs plates-formes rapporte.

« Dans le secteur des avions commerciaux, nous allons continuer de travailler avec nos clients à la gestion des risques associés à la situation de l’industrie aérienne, a-t-il dit. Nous prévoyons que Bombardier Aéronautique générera des flux de trésorerie disponibles positifs et avec un solide quatrième trimestre, le BAI devrait être au seuil de rentabilité pour l’exercice 2005. »

Faits saillants financiers

ANALYSE DES RÉSULTATS

À compter du premier trimestre de l’exercice 2005, la Société a changé sa monnaie de présentation de l’information financière pour le dollar américain. Par conséquent, tous les montants présentés dans ce communiqué sont en dollars américains à moins d’indication contraire.

Résultats consolidés

Pour le deuxième trimestre clos le 31 juillet 2004, les revenus consolidés ont totalisé 3,9 milliards $, en regard de 3,8 milliards $ pour la période correspondante de l’exercice précédent. Pour le semestre clos le 31 juillet 2004, les revenus consolidés ont atteint 7,4 milliards $, comparativement à 7,2 milliards $ pour la même période de l’exercice précédent. Les progressions de 58 millions $ et de 254 millions $ des revenus consolidés pour le trimestre et le semestre clos le 31 juillet 2004 comparativement aux mêmes périodes de l’exercice précédent reflètent principalement l’augmentation des revenus du secteur Transport. Pour le trimestre clos le 31 juillet 2004, la progression a été en partie atténuée par un recul des revenus dans le secteur Aéronautique.

Le BAI avant éléments spéciaux pour le trimestre clos le 31 juillet 2004 a été de 49 millions $, comparativement à un BAI avant éléments spéciaux de 136 millions $ pour la période correspondante de l’exercice précédent. Cette diminution est principalement attribuable à un fléchissement des marges dans les secteurs Aéronautique et Transport. Pour le semestre clos le 31 juillet 2004, le BAI avant éléments spéciaux a été négatif de 74 millions $ comparativement à 229 millions $ pour la période correspondante de l’exercice précédent.

Les éléments spéciaux ont totalisé 5 millions $ et 91 millions $ pour le trimestre et le semestre clos le 31 juillet 2004, en regard de 28 millions $ et 37 millions $ pour les périodes correspondantes de l’exercice précédent. Les éléments spéciaux des trimestre et semestre du présent exercice sont principalement liés aux coûts d’indemnités de départ et autres coûts de cessation d’emploi pour départ involontaire ainsi qu’aux coûts de fermeture de sites du secteur Transport. Les éléments spéciaux des trimestre et semestre correspondants de l’exercice précédent résultaient principalement des coûts d’indemnité de départ et autres coûts de cessation d’emploi pour départ involontaire dans le secteur Aéronautique.

Il en a résulté un BAI de 44 millions $ pour le trimestre clos le 31 juillet 2004 en regard d’un BAI de 108 millions $ pour la période correspondante de l’exercice précédent. Le BAI pour le semestre clos le 31 juillet 2004 a été négatif de 165 millions $ comparativement à 192 millions $ pour la même période de l’exercice précédent.

Pour le deuxième trimestre de l’exercice en cours, le bénéfice découlant des activités poursuivies et le bénéfice net ont été de 23 millions $, ou 0,01 $ l’action, comparativement à un bénéfice découlant des activités poursuivies de 70 millions $ et un bénéfice net de 68 millions $, ou 0,04 $ l’action, pour la période correspondante de l’exercice précédent. La perte découlant des activités poursuivies et la perte nette ont été de 151 millions $, ou 0,09 $ l’action, pour le semestre clos le 31 juillet 2004, comparativement à un bénéfice découlant des activités poursuivies de 125 millions $, et un bénéfice net de 122 millions $, ou 0,07 $ l’action, pour la même période de l’exercice précédent.

Le carnet de commandes de Bombardier totalisait 32,9 milliards $ au 31 juillet 2004, en regard d’un carnet de commandes de 34,6 milliards $ au 31 janvier 2004. Cette baisse est surtout attribuable à une réduction du carnet de commandes du secteur Transport.

Les flux de trésorerie disponibles, définis comme étant les flux de trésorerie liés aux activités d’exploitation, déduction faite des acquisitions nettes d’immobilisations corporelles des secteurs manufacturiers, ont totalisé 50 millions $ pour le deuxième trimestre du présent exercice, contre une utilisation de 178 millions $ pour le deuxième trimestre de l’exercice précédent. Pour le semestre clos le 31 juillet 2004, les flux de trésorerie disponibles ont représenté une utilisation de 164 millions $ en regard d’une utilisation de 1,4 milliard $ pour la même période de l’exercice précédent.

Bombardier Aéronautique

  • Revenus de 2 milliards $ pour le trimestre
  • BAIIA avant éléments spéciaux de 129 millions $; BAI négatif de 12 millions $
  • Carnet de commandes de 10,8 milliards $
  • Livraison de 81 avions comparativement à 85 le trimestre correspondant de l’exercice précédent

Les revenus sectoriels de Bombardier Aéronautique ont atteint 2 milliards $ pour le trimestre clos le 31 juillet 2004, comparativement à 2,1 milliards $ pour le trimestre correspondant de l’exercice précédent. Cette diminution est principalement attribuable à une baisse du nombre de livraisons d’avions régionaux et d’aménagements intérieurs d’avions à large fuselage ainsi qu’au fait de ne plus constater les revenus de vente de parts d’avions à la livraison de celles-ci à compter du 1er février 2004. Ces diminutions ont été en partie compensées par l’augmentation du nombre de livraisons et par une combinaison favorable d’avions d’affaires.

Le bénéfice avant intérêts nets des secteurs manufacturiers, impôts sur les bénéfices et amortissement (BAIIA) avant éléments spéciaux a atteint 129 millions $ pour le trimestre clos le 31 juillet 2004, en regard d’un BAIIA avant éléments spéciaux de 164 millions $ pour la période correspondante de l’exercice précédent. Un volume et une combinaison favorable des livraisons d’avions d’affaires, l’amélioration des marges réalisées sur les ventes d’avions d’occasion et des mesures de réduction de coûts ont en partie compensé l’incidence négative de la hausse des taux de change en vigueur du dollar canadien par rapport au dollar américain et de l’augmentation des coûts des mesures incitatives à la vente.

Le BAI a été négatif de 12 millions $ pour le trimestre clos le 31 juillet 2004, comparativement à un BAI de 19 millions $ pour la période correspondante de l’exercice précédent.

Au cours du deuxième trimestre de l’exercice en cours, Bombardier a livré 81 avions en regard de 85 pour le trimestre correspondant de l’exercice précédent. Le nombre de livraisons du deuxième trimestre de l’exercice en cours a totalisé 29 avions d’affaires et 52 avions régionaux. Elles incluent trois avions d’affaires vendus à des clients dans le cadre du programme Bombardier Flexjet pour lesquels les revenus sont constatés au cours de la période couverte par le contrat de services depuis le début du présent exercice. Le nombre de livraisons de la période correspondante de l’exercice précédent incluaient cinq avions d’affaires vendus dans le cadre de ce programme pour lesquels les revenus ont été constatés lors de la livraison en vertu de la méthode comptable prévalant alors.

Le carnet de commandes du secteur Aéronautique totalisait à 10,8 milliards $ au 31 juillet 2004 comparativement à 10,9 milliards $ au 31 janvier 2004. La hausse des livraisons par rapport aux commandes nettes reçues pour les avions régionaux a été contrebalancée par une augmentation des commandes nettes d’avions d’affaires reçues en regard des livraisons.

Bombardier Aéronautique a reçu 27 commandes nettes pour des avions régionaux au cours du trimestre clos le 31 juillet 2004 et depuis le début de l’exercice, 71 commandes nettes, incluant les commandes suivantes annoncées au cours du trimestre clos le 31 juillet 2004 : Air Nostrum, qui offre un service aérien régional pour sa société mère Iberia, Linéas Aérias de España SA, pour 20 biréacteurs Bombardier CRJ200 d’une valeur approximative de 510 millions $; Japan Air Commuter, filiale de Japan Airlines System Corporation, pour quatre avions Bombardier Q400; et All Nippon Airways Co. Ltd. pour deux appareils Q400.

Le 28 juillet, US Airways a conclu un accord provisoire avec GECAS et Bombardier, en vertu duquel 19 des livraisons d’appareils CRJ200 devant commencer au troisième trimestre de l’exercice 2005 ont été reportées aux exercices 2006 et 2007. L’accord comprend la conversion de 23 appareils Bombardier CRJ200 en 23 appareils Bombardier CRJ700, avec une option d’achat d’appareils CRJ900, sous réserve d’un accord avec son syndicat des pilotes.

Le 24 mai 2004, les employés de Belfast affiliés à trois syndicats ont approuvé une nouvelle convention collective venant à échéance en janvier 2007.

Bombardier Transport

  • Revenus de 1,8 milliard $ pour le trimestre
  • BAIIA avant éléments spéciaux de 79 millions $; BAI de 46 millions $
  • Nouvelles commandes totalisant 1,3 milliard $
  • Carnet de commandes de 22,1 milliards $

Pour le trimestre clos le 31 juillet 2004, les revenus sectoriels de Bombardier Transport ont totalisé 1,8 milliard $, en regard de 1,7 milliard $ pour la période correspondante de l’exercice précédent. Cette progression des revenus découle principalement de l’incidence positive des fluctuations de taux de change en raison de l’affaiblissement du dollar américain par rapport à l’euro et à d’autres devises d’Europe occidentale, s’élevant à environ 160 millions $ ainsi que de l’accroissement des revenus au Royaume-Uni. Cette progression a été en partie atténuée par la baisse des revenus en Amérique du Nord.

Le BAIIA avant éléments spéciaux a atteint 79 millions $ pour le trimestre clos le 31 juillet 2004, en regard d’un BAIIA avant éléments spéciaux de 93 millions $ pour la période correspondante de l’exercice précédent. Les programmes de réduction de coûts mis en place au cours du présent exercice ont compensé en partie l’incidence de la détérioration de la rentabilité découlant d’importants rajustements de contrats constatés au cours du quatrième trimestre de l’exercice précédent et du premier trimestre du présent exercice.

Le BAI a atteint 46 millions $ pour le deuxième trimestre en regard d’un BAI de 75 millions $ pour la période correspondante de l’exercice précédent.

Le carnet de commandes de Bombardier Transport a totalisé 22,1 milliards $ au 31 juillet 2004, comparativement à 23,7 milliards $ au 31 janvier 2004. La baisse de valeur du carnet de commandes reflète un excédent de revenus sur les nouvelles commandes, surtout pour le premier trimestre de l’exercice 2005. De plus, le carnet de commandes a subi l’incidence négative d’un rajustement de change de près de 300 millions $, principalement en raison de l’affaiblissement de l’euro par rapport au dollar américain.

Bombardier Transport a signé des contrats pour une valeur totale de 1,3 milliard $ au cours du trimestre clos le 31 juillet 2004. Les principaux contrats ont porté sur la fourniture de services de remise à neuf de 364 automotrices électriques de classe 455 pour Porterbook Leasing Ltd du Royaume-Uni d’une valeur approximative de 114 millions $ ainsi que sur la fourniture d’un système de métro entièrement automatisé de 30 voitures pour Yong-In de Corée d’une valeur approximative de 320 millions $, incluant 120 millions $ pour des services.

Bombardier Capital

  • Revenus de 107 millions $ pour le trimestre
  • BAI de 10 millions $
  • Réduction de 27 % des portefeuilles en liquidation progressive

Les actifs moyens sous gestion se sont établis à 4,3 milliards $ pour le trimestre clos le 31 juillet 2004, en regard de 5,5 milliards $ pour le trimestre clos le 31 juillet 2003. Cette baisse est principalement attribuable à la réduction des portefeuilles en liquidation progressive qui se déroule tel que prévu. Ces portefeuilles ont été réduits de 254 millions $, ou de 27 %, comparativement au 31 janvier 2004.

Pour le deuxième trimestre de l’exercice en cours, les revenus sectoriels de Bombardier Capital se sont élevés à 107 millions $, par rapport à 127 millions $ pour le trimestre correspondant de l’exercice précédent. Cette diminution correspond à la réduction des actifs moyens sous gestion.

Le BAI de Bombardier Capital a totalisé 10 millions $ pour le trimestre clos le 31 juillet 2004, comparativement à un BAI de 14 millions $ pour la période correspondante de l’exercice précédent. Cette diminution s’explique surtout par le recul de la marge nette découlant de la réduction des portefeuilles en liquidation progressive. Elle a été en partie compensée par une diminution de la provision pour pertes sur créances et des charges autres que d’intérêt.

À propos de Bombardier
Un chef de file mondial en solutions de transport novatrices, dans les secteurs des avions régionaux et biréacteurs d'affaires et dans celui du matériel de transport sur rail, Bombardier Inc. est une entreprise d’envergure internationale dont le siège social est situé au Canada. Ses revenus pour l'exercice clos le 31 janvier 2004 s'élevaient à 15,5 milliards $ US et ses actions se négocient aux bourses de Toronto, Bruxelles et Francfort (BBD, BOM et BBDd.F). De l’information est disponible sur le site Internet de la Société à l’adresse www.bombardier.com.

La discussion et analyse de la direction et les états financiers consolidés sont disponibles à www.bombardier.com.

INFORMATION FINANCIÈRE PROSPECTIVE
Ce communiqué de presse énonce des objectifs dont l’atteinte est sujette à des risques et incertitudes. À moins qu'elle n'y soit tenue aux termes des lois sur les valeurs mobilières applicables, Bombardier Inc. nie toute intention ou obligation de mettre à jour ou de réviser des déclarations prospectives, que ce soit à la lumière de nouveaux renseignements, d'événements futurs ou autrement. Pour toute information sur des facteurs de risque de nature législative ou réglementaire, économique, technologique, ou pouvant toucher les fluctuations de taux de change ou la compétitivité, ou pour tout autre facteur important qui pourrait faire en sorte que les résultats atteints diffèrent de façon significative des cibles visées, consultez le rapport annuel de Bombardier sous la rubrique « Risques et incertitudes » dans la section Discussion et analyse de la direction.

 

MISE EN GARDE RELATIVE AUX MESURES DE CALCUL DES RÉSULTATS NON DÉFINIES PAR LES PCGR
Ce communiqué repose sur les résultats établis selon les principes comptables généralement reconnus du Canada (PCGR), ainsi que sur le bénéfice (la perte) avant intérêts nets des secteurs manufacturiers, impôts sur les bénéfices et amortissement (BAIIA) et le bénéfice (la perte) avant impôts sur les bénéfices (BAI); avant éléments spéciaux, et sur les flux de trésorerie disponibles. Ces mesures découlent directement des états financiers consolidés, mais n’ont pas un sens normalisé prescrit par les PCGR; par conséquent, d’autres sociétés utilisant ces termes peuvent les calculer différemment. La direction estime qu’un grand nombre d’utilisateurs de ses états financiers consolidés et du présent rapport analysent les résultats de la Société d’après ces mesures du rendement et que cette présentation est conforme aux pratiques de l’industrie. La direction considère que les éléments spéciaux ne font pas partie du cours normal des activités quotidiennes de la Société et qu’ils pourraient nuire à l’analyse des tendances.

Bombardier, CRJ200, CRJ700, CRJ900, Q400, Flexjet sont des marques de commerce de Bombardier Inc. ou de ses filiales.

Source d'information
Dominique Dionne
Vice-présidente, Communications
+1 514 861-9481